« HOP! » en piste pour rester à l’aéroport


Et le nom du gagnant est… Connu officiellement lundi prochain. Le Syndicat mixte pour l’aéroport départemental (SMAD) se réunira le 8 décembre pour dévoiler la compagnie aérienne qui assurera, notamment, la liaison Agen-Paris pour les quatre ans à venir. Une procédure qui intervient après l’annonce de la fin de la délégation de service public (DSP), prévue au 6 janvier 2015, établie entre le SMAD et la filiale d’Air France.
L’appel à candidatures lancé il y a quelques mois touche donc à sa fin. Trois postulants sont sur les rangs. Mais il semblerait que le choix soit déjà arrêté. Sauf surprise de dernière minute, les membres du SMAD (Conseil général, Agglomération d’Agen, Chambre de commerce et d’industrie et Chambre des métiers) devraient prolonger leur union avec HOP!.

Communication verrouillée
L’opérateur français devrait donc garder la main quatre années supplémentaires, jusqu’au 6 janvier 2019. L’information est encore au conditionnel car la procédure de renouvellement de DSP est très réglementée et la communication autour du lauréat verrouillée. Les acteur du dossier se bornant à répéter le cadre légal qui entoure ce choix. Le président du SMAD, le conseiller général Jean-Louis Matéos, ne dit pas autre chose. « Une procédure de DSP répond à une réglementation très stricte et c’est ce que nous avons respecté, nous avons été accompagnés par le bureau spécialisé Iénair. » Le président de l’Agglomération d’Agen, Jean Dionis, vante lui « un élément fort de l’attractivité économique de notre bassin de vie ». En attendant la LGV, la voie des airs est l’un des moyens privilégiés pour désenclaver le territoire.

Fréquentation en hausse
Ce qu’ont bien compris les passagers lot-et-garonnais. En 2014, ils devraient être plus de 40 000 à avoir emprunter l’une des dessertes quotidiennes entre La Garenne et Orly. Soit une progression de 13% par rapport à 2013. Une année qui avait déjà vu une augmentation du nombre de sièges de 8%. Utilisée à près de 75% pour des raisons professionnelles, la ligne joue un rôle économique indéniable. Ce qui, bien entendu, n’a pas échappé à Hop!. Cette dernière a été l’un des acteurs du développement de la fréquentation. Pourquoi alors perdre la main maintenant ? D’autant que les lignes régionales sont un axe de développement stratégique de la compagnie… Qui, sur son site Internet, propose toujours des voyages entre Paris et Agen, au-delà du 6 janvier…

Gauvain Peleau-Barreyre

Baisse de l’engagement de l’Etat, les collectivités au relais

Enjeu de développement, l’aéroport n’en reste pas moins soumis aux aléas économiques et à la cure d’austérité imposée par l’Etat. Ce dernier a revu à la baisse sa participation au financement, s’engageant pour les deux seules prochaines années (2015 et 2016) à hauteur de 240 000 euros. Le coût de fonctionnement du site pour le SMAD est de 3 millions environ. Si les chambres consulaires participeront toujours à même hauteur, l’Agglomération d’Agen, par la voix de son président, s’est engagée à augmenter de 100% sa participation (400 000 euros supplémentaires). Le Conseil général devrait mettre aussi la main au portefeuille et compenser la défection de l’Etat. Reste une inconnue, la participation de la Région que les élus lot-et-garonnais appellent de leurs voeux.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés