Une importante PME choisit Boé pour développer son activité


Hier, en fin de journée, Vitro Service France a entériné son implantation en Agenais pour un démarrage d’activité au plus tard au 1er janvier 2018. L’entreprise négociante en vitrage automobile rachète les entrepôts de Babylone, dans la zone de Coupat à Boé. A bien des égards, cette signature est une bonne nouvelle pour l’agglomération agenaise. « On peut même dire une excellente nouvelle pour la vie économique locale », se réjouit Olivier Grima, vice-président de l’Agglo en charge du Développement économique. Dans les chiffres déjà. « Entre les bâtiments et le stock, on approche les 2 millions d’euros d’investissements », précise Julien Barrier, responsable des achats de la société dont le siège est situé dans le Loir-et-Cher. Sur le front de l’emploi, la situation est tout aussi réjouissante : « Nous allons débuter avec au minimum cinq personnes au dépôt et trois commerciaux rattachés, soit huit personnes », ajoute ce dernier. Mais le groupe VSF ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. En reprenant des locaux de 11 000 mètres carrés, l’entreprise entrevoit déjà des développements futurs. « On pense rapatrier à Boé l’une de nos activités spécialisées sur le joint automobile qui se trouve aujourd’hui à Rennes. On souhaite aussi accroître les pare-brise de bus qui demandent d’importants volumes de stockage », détaille Julien Barrier. En l’espace d’un an, « une vingtaine » d’emplois pourraient ainsi être créés. Si l’on en juge par la croissance phénoménale de Vitro Service France, qui est passé de sept salariés en 2007 à plus d’une centaine aujourd’hui, ces prévisions sont tout sauf utopiques. Il faut aussi intégrer les emplois connexes, comme les transporteurs locaux qui seront amenés à effectuer de nombreuses livraisons, dans une vingtaine de départements au total.

Efforts sur les anciennes zones

Cette arrivée cache également d’autres motifs de satisfactions. L’attractivité de l’Agenais en général s’en trouve renforcée, en particulier sur sa situation géographique. « Notre stratégie se base sur des implantations dans des villes moyennes, à mi-distance entre deux grandes métropoles, afin de pouvoir assurer des livraisons deux fois par jour sur un grand territoire », souligne Julien Barrier. Dans le Sud-Ouest, aucune ville ne répond mieux à cette description qu’Agen, barycentre aquitain et situé à une heure à peine de Bordeaux et Toulouse grâce à l’A62. Encore faut-il proposer le bon produit aux entrepreneurs. « On entend dire ici et là que l’Agglo concentre tous ses efforts sur le Technopôle mais ce n’est pas le cas », avance Olivier Grima. La zone de Coupat, justement, vient d’être rénovée. Les travaux de voirie, d’embellissement, de signalisation et de réseaux numériques se sont achevés en juillet dernier. Une opération coûteuse pour la collectivité, mais surtout payante à la fin. « Quand nous sommes arrivés pour visiter, on a vu une route refaite, la proximité de l’autoroute et la fibre optique, très importante pour nous, étant donné que l’on commande dans le monde entier. Sans ça, on n’aurait pas choisi ce dépôt », affirme Julien Barrier. En attirant dans ses filets une entreprise totalement étrangère à son territoire, qui plus est pour occuper une friche, l’Agglo a réussi un joli tour de force.

Dimitri Laleuf

VSF, premier grossiste indépendant français du vitrage automobile

Nouveau pensionnaire du tissu économique local, Vitro Service France est une PME qui pèse lourd sur son secteur d’activité. Créée en 1993, cette entreprise fait du négoce de vitrage automobile. « Notre force est de proposer un stock extrêmement diversifié. Nous avons des pièces aussi bien pour les voitures des années 20 que les plus récentes, les véhicules de collection, les poids-lourds, les bus, les camping-cars, etc. » 8 millions d’euros de produits sont disponibles en stock chez VSF qui axe aussi sa stratégie sur la proximité de service. Déjà implantée en Bretagne, en région Centre et dans le Sud-Est, la société souhaitait se développer dans le Sud-Ouest. VSF fournit l’ensemble des réseaux spécialisés (Carglass, Mondial Pare-brise, etc.), des revendeurs  (Précisium) ainsi que des garagistes et des carrossiers. Le chiffre d’affaires s’élève à 30 millions d’euros pour une centaine de salariés. En France, c’est bien simple, seul le géant Saint-Gobain est devant. 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés