Le Jasmin, étoile montante


Terroir d’excellence, le Lot-et-Garonne est assurément gastronomique. Les talents culinaires ne manquent pas. Mais il est quelques individus qui se distinguent pour intégrer le cercle fermé des grands. Michel Vico fait partie de ceux-ci. En février dernier, le chef de 38 ans recevait sa première étoile au Guide Michelin. Il ne sont que quatre en tout et pour tout dans le département à jouir de cet honneur.

A la tête de trois établissements différents au sein du complexe hôtelier Le Stelsia à Saint-Sylvestre-sur-Lot, la Bodéga, le Bistrot et le Jasmin, c’est dans les cuisines de ce dernier que Michel Vico exprime le mieux son art. « J’essaie de proposer une cuisine délicate et puissante à la fois. Avec mes équipes, on s’évertue à sublimer le goût du produit sans le dénaturer, simplement en le renforçant avec ce qui nous entoure, des herbes, des aromates. Je suis fier de représenter l’un des plus beaux bassins maraîchers de France. Je vais donc tenter de porter fièrement la région au niveau national et même à l’international », insiste le natif de Birac-sur-Trec, dans le Marmandais, et ancien pensionnaire du lycée hôtelier de Nérac.

Malgré le succès inhérent à l’obtention du macaron dans le guide rouge, le Jasmin ne s’est pas rendu plus inaccessible. Bien au contraire. Les tarifs n’ont pas décollé contrairement à ce que l’on peut voir dans d’autres établissements. Le midi, samedi compris, il est possible de goûter aux joies de la grande gastronomie pour la modique somme de 35€. Les deux autres menus, à 55€ et 95€, offrent quant à eux une plongée encore plus saisissante dans l’exaltation des sens. Le homard en trois services, plat signature du chef Vico, est un immanquable de la carte : salade de homard, pinces croustillantes à la verveine, effluve d’eau de vie de prune d’Ente dans un premier temps, corps rôti avec une émulsion de verveine ensuite, et un moelleux au jus de tête légèrement réglissé pour finir…  La langoustine au crémeux de petits pois, le foie-gras à la betterave et le soufflé chocolat font partie des autres classiques de la maison qui se déclinent avec des accords mets-vins très harmonieux. À déguster sans modération dans l’écrin blanc immaculé de la salle ou, pendant l’été, sur la terrasse colorée au bord de la piscine. Un lieu aussi inspiré qu’inspirant.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés