Election de quartier // Jean Dionis : « Un progrès démocratique pour la ville et ses quartiers »


Dimanche les électeurs agenais sont appelés à renouveler leurs élus de proximité. 207 sièges sont à pourvoir, répartis dans 23 quartiers. Chacun dispose d’un budget total de 500 000 euros pour les cinq ans à venir. Ce scrutin est la concrétisation de l’engagement de campagne 66 de l’équipe Dionis.

L’Hebdo : Quel bilan tirez-vous de la première expérience des conseillers de quartier ?
Jean Dionis : Ces élections de quartier sont un progrès démocratique pour la ville et nos quartiers. L’action de ces conseillers est un gage de qualité du service public. Lors de la précédente mandature, nous avons démultiplié l’action de la mairie grâce à 207 élus qui connaissent leurs quartiers par coeur et qui agissent pour les améliorer et les faire progresser.

L’Hebdo : Quelle est la réalisation la plus marquante de ces conseillers ?
J. D. : J’ai en tête la création du jardin des senteurs dans le quartier de la gare. C’était un ancien parking, un peu sauvage et boueux, qui est devenu un vrai lieu convivial.

« C’est très formateur »
L’Hebdo : Que pensez-vous de cette campagne 2014 où la mairie a mis à disposition des candidats, tracts, affiches et salles de réunion ?
J. D. : Ces élections prennent racine. Il y a un fort taux de renouvellement des listes, je suis satisfait aussi de voir que les anciens sont là pour transmettre le relais.

L’Hebdo : Un fort taux de renouvellement, ça veut dire aussi que certains ont jeté l’éponge…
J. D. : J’ai été surpris du nombre de conseillers qui m’ont dit « ça nous a passionné mais c’est du boulot ! ». Un grand nombre a rempilé mais moins que prévu c’est vrai…

L’Hebdo : Être conseiller de quartier permet aussi de devenir élu municipal, comme Marie-Claude Iachemet ?
J. D. : Il peut y avoir un parcours comme celui-là c’est vrai… Mais je remarque aussi que pendant la campagne des Municipales, le Parti socialiste a puisé également dans le réservoir des conseillers de quartier, c’est une expérience très formatrice ! On y apprend à arbitrer, la notion de priorité… Gouverner c’est choisir !

Le « sanctuaire » menacé ?
L’Hebdo : L’enveloppe allouée par la mairie aux conseils de quartiers pour leurs réalisations est de 11,5 millions. En ces temps de vaches maigres, pensez-vous à diminuer ce budget ?
J. D. : Le budget dédié à la vie quotidienne de nos administrés est sanctuarisé. Enfin pour le moment… Vu ce qui nous est tombé sur la tête, si nous devons donner deux ou trois tours de vis supplémentaires, on leur demandera peut-être de faire des efforts.

L’Hebdo : A quel taux de participation pourra-t-on parler d’une élection réussie ?
J. D. : En 2008, le taux de participation était de 23,4%. Si nous atteignons 25% je serais heureux. Après il faut être honnête, je ne sous-estime pas les difficultés d’un scrutin comme celui-ci où il n’y a de la compétition que dans trois quartiers. Mais le principe de légitimer les élus par le suffrage universel est très fort.

Propos recueillis par Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés