Karima Medjeded met un ippon aux préjugés


Tanguy, 15 ans, et Alexandre, 18 ans, sont conquis. « C’est une vraie championne, c’est pas le handicap qui fait la différence. » A peine sortis d’une heure d’entraînement aux côtés de la médaillée d’or paralympique Karima Medjeded, les élèves de De Baudre enchaîneront avec des ateliers d’handi-sport et de sport adapté. La semaine intitulée « Handicap : au-delà du regard », impulsée, entre autre, par la CPE Isabelle Caresio et l’équipe éducative, permet aux lycéens de se confronter à un monde qu’ils ont parfois du mal à appréhender. « Et à leur redonner confiance, estime la CPE, ces activités leur permettent de retrouver une estime de soi. »

« Effacer la différence »
Participer à un match de basket-fauteuil, de handball adapté, de pétanque… Autant de pratiques sportives qui mêlent valides et pratiquants handicapés pour mettre tout le monde sur le même pied d’égalité.
C’est d’ailleurs là tout le message qu’a voulu faire passer Karima Medjeded en revenant, pour la seconde année, dans l’établissement agenais. « Je suis consciente que pour eux c’est dur de fermer les yeux et de pratiquer le judo, explique la sportive, mais il faut que l’on puisse tous faire un entraînement quelque soit notre déficience. Et puis à la sortie, je pense que nous avons effacé nos différences. » Et créer des liens d’amitié puisque les bacheliers de l’année passée sont revenus exprès dire bonjour à leur championne. Une école de la vie, en somme.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés