La Cale en backstage


Ils sont sur le pont depuis dix heures du matin et se préparent à quitter les lieux que tard dans la nuit. Le service événementiel de la ville ne se repose pas en période estivale pour assurer les six dates des concerts de la Cale. Cela fait dix-sept ans que le rendez-vous du mercredi soir attire plusieurs milliers de personnes venues bien souvent de tout le département et même parfois hors de ses frontières.
Aux commandes de la programmation depuis les dix-sept éditions, Gérard Desmeyroux, passionné, qui se fait force de proposition auprès de la municipalité via son association Routes du rock. L’homme se met en quête de groupes et artistes dès le mois de novembre : « Généralement, les idées que j’ai à cette période n’aboutissent pas » précise ce dernier. « C’est une période où j’ai la folie des grandeurs ». La municipalité lui octroie une enveloppe budgétaire de 29 000 euros, dans laquelle il doit faire entrer les contrats des douze groupes programmés chaque été. Mais il ne prend pas les décisions seul. Le service événementiel travaille avec lui en étroite collaboration : « Coups de fil réguliers et trois ou quatre réunions sont nécessaires  avant d’aboutir au choix final » ajoute Jessica Coelho, attachée au service événementiel. « Nous pouvons également amener quelques noms quand nous avons des propositions qui nous intéressent. Rien n’est figé sauf le fait de travailler de concert ».

Moblisation le jour J
Une fois la programmation terminée, le plus gros du travail s’amorce. Car à chaque soirée sur la scène de la Cale, ce n’est pas moins trois personnes u service événementiel qui s’occupe de la préparation des loges, d’aller faire des courses pour le catering des artistes, de l’accueil de ces derniers mais également des techniciens de JM Son… Il n’est donc pas rare de les croiser encore dans le coin jusqu’aux alentours des 1 heure du matin : « Nous ne lâchons pas les artistes de la journée » explique Jessica. « Nous les accompagnons à l’hôtel, au restaurant que nous choisissons en priorité à proximité du site pour faciliter l’organisation du concert ».
La police municipale est également sollicitée pour la sécurité du site, renforcée en période d’état d’urgence. Des barrières supplémentaires ont dû être posées pour permettre une fouille à l’entrée du site suite à l’attentat de Nice le 14 juillet dernier… Une organisation rôdée pour des concerts qui font à chaque fois le plein. Car depuis dix-sept ans, au-delà même du choix de programmation, les concerts de la Cale sont devenus un rendez-vous incontournable de l’été pour une bonne partie du public.

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés