« La COP 21 arrive trop tard pour le Lot-et-Garonne »


Alors que les chefs d’État du monde se retrouvent à Paris pour la conférence sur le changement climatique, le Lot-et-Garonne n’est pas en reste puisqu’une COP 47 a lieu ce matin dans l’Agenais. L’occasion pour le jeune cluster (regroupement d’entreprises, centres de recherche et associations) Eau et Climat de dérouler ses propositions d’adaptation aux changements climatiques.
D’autant que pour le département, « la COP 21 arrive trop tard ». Jean-François Berthoumieu, expert climatologue et président de l’association climatologique de la moyenne Garonne est catégorique : « Les deux degrés supplémentaires on les a déjà. Nous sommes la patate chaude du Sud-Ouest ».

Il faut arroser pendant les canicules !
Sur l’année en cours, on est même trois degrés au-dessus des moyennes. Mais pas de quoi s’alarmer, à condition d’adopter les bonnes pratiques. Les urbanistes, paysagistes et bien sûr décideurs publics sont ainsi appelés à réfléchir à des villes plus vertes.
Et Jean-François Berthoumieu n’a pas peur de tordre le cou à certaines idées reçues. « Ce n’est pas une hérésie d’arroser en pleine canicule afin de créer un effet d’évapo-transpiration et agir comme un climatiseur naturel ».

Plaidoyer pour une écologie locale
Une pratique qui permettrait aux villes de baisser le thermostat les jours de canicule en s’appuyant sur ses espaces verts. Ses interlocuteurs sont parfois désarçonnés par cet iconoclaste du climat, qui prêche « une écologie locale », c’est-à-dire adaptée aux spécificités de chaque territoire. Et quitte à donner un coup de chaud aux « tradis » de l’écologie, il enfonce le clou en assurant : « Le département a assez d’eau ». A condition de tout faire pour que les nappes souterraines puissent se recharger.
Des idées que le président du cluster Eau et Climat ira défendre au Grand Palais de Paris, samedi 5 décembre, dans le cadre de la COP 21.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés