Laroque prêt à enflammer Armandie


Même si en rugby, rien n’est écrit à l’avance, cette finale de 1ère série entre Laroque-Timbaut et Mézin, semblait préméditée. Tout au long de la phase régulière, les deux formations se sont livré une belle passe d’armes pour décrocher le fauteuil de leader de poule. Finalement, ce sont les Roquentins qui ont terminé en pôle position avec seulement un petit point d’avance sur les Mézinais. « C’est une finale plutôt logique et méritée pour les deux clubs qui se sont tiré la bourre tout au long de la saison, acquiesçait le deuxième ligne de l’USR, Jérôme Garens. Pour nous, l’accession en Promotion Honneur et la qualification en finale étaient clairement les objectifs de début d’année et c’est une belle récompense. Désormais, il reste à finir le travail car une finale ça ne se joue pas, ça se gagne. »

Pourtant en demi-finale, les Rouge et Noir ont bien failli déchanter face à Lacapelle-Biron (18-17). En se qualifiant in extremis sur une pénalité inscrite au bout des arrêts de jeu, les hommes du président Arnaud Peberat sont passés tout près de la correctionnelle face à une valeureuse et fougueuse équipe capelaine. « On savait que ce serait une rencontre accrochée et compliquée, explique celui qui est également le boucher du village. On a dominé l’ensemble de la partie mais on a loupé des essais pratiquement tout faits ce qui nous a empêché de nous mettre complètement à l’abri et a permis à notre adversaire de rester toujours dans la course. Il faudra être plus réaliste ce dimanche en finale. »

« Apprendre aux jeunes ce qu’est une finale à Armandie »

Lors de la phase régulière, les deux clubs s’étaient neutralisés avec une victoire à domicile des deux côtés : à l’aller, le RCM l’avait emporté à André-Riviero (17-10) et au retour, l’USR s’était imposée à Raymond-Delbès (15-5). « Les deux équipes se connaissent parfaitement. Il faut aussi s’attendre à un match ouvert entre deux équipes qui aiment déplacer le ballon et possèdent un jeu aéré et bien léché. Ça devrait jouer de partout à Armandie, estime l’ancien talonneur emblématique de l’AS Layracaise, revenu dans son club de cœur cet été. Bien sûr, il va falloir être assez guerrier car même si ce n’est pas une formation très solide, elle est très vaillante. Si nous ne mettons pas assez d’agressivité, d’entrée de partie, sur les plaquages et dans les rucks, ça va être compliqué. »

En tant que joueur d’expérience (35 ans) et cadre du vestiaire roquentin, Jérôme Garens sait mieux que quiconque gérer le stress de ces grands évènements et aura un rôle important au sein du collectif rouge et noir. « Il faut rassurer les jeunes joueurs de l’effectif qui connaissent leur première finale pour ne pas qu’ils se mettent un surplus de pression, souligne l’intéressé. Je vais leur apprendre ce qu’est Armandie avant qu’ils n’y arrivent, afin qu’ils ne soient pas trop perdus. » Le soutien du public et l’engouement populaire  pourrait également avoir toute son importance dans ce match à couteaux tirés et en la matière, les Roquentins ne devraient pas souffrir de la comparaison face aux supporters de l’Albret. « Il va y avoir énormément d’habitants de la commune qui feront le déplacement à Armandie, se réjouit le commerçant roquentin. Toute la semaine, la commune a commencé à préparer le rouge et le noir, ça commence à sentir bon le parfum de finale, on a hâte d’y être. » Et nous aussi !

Simon Galinier

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés