Le budget prévisionnel voté à l’unanimité


Il y a trois semaines, le conseil communautaire de Fumel s’était réuni pour approuver les comptes administratifs 2015 et pour le débat d’orientations budgétaires (DOB) 2016. Tous les délégués partageant le même constat, l’unanimité avait été prononcée lors du vote final. Sur le budget prévisionnel, jeudi dernier, les débats ont été plus houleux !

La dette de Métaltemple

Christian Laporte, élu de Condezaygues, a mené la fronde face à Jean-Louis Costes, président de Fumel Communauté et Clémence Brandolin-Robert, directrice générale des services de la collectivité : « La présentation du DOB n’a pas été sincère du fait de l’inscription en recettes et en dépenses des 366 000 € de dette de MétalTemple Aquitaine. Ces recettes ne seront jamais encaissées et au final cela fausse toute l’analyse financière ». Ce à quoi Clémence Brandolin-Robert a répondu que Fumel-Communauté n’avait fait que suivre les directives de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) concernant cette écriture comptable.
Si la com-com du Fumélois n’a pas accumulé de dette grâce à une politique somptuaire, elle paye lourdement les créances non-recouvrées : 700 000 € pour des loyers de MétalTemple Aquitaine et presque autant pour des sommes non payées par les administrés (assainissement, cantines, etc). Jean-Louis Costes a imputé ces sommes aux difficultés économiques que vit le territoire et il a en outre indiqué qu’il avait fait preuve de sincérité puisque « la moitié de la dette de MétalTemple a été inscrite en non-valeur en 2015 et que la DGFIP nous a autorisés à amortir le reste sur les cinq années à venir. Nous étalerons également le reste des non-valeurs sur les cinq prochains exercices pour une somme d’environ 100 000 € par an ».

Hausse de la participation des communes

Christian Laporte a rappelé le contexte : baisse des recettes, augmentation des charges, capacité de désendettement qui diminue « malgré ce que l’on nous a annoncé au mois de mars, les temps à venir seront difficiles,  il faudra demander plus à travers les compensations ou passer par une augmentation de la fiscalité ». Didier Caminade, premier vice-président, a rejeté cette dernière option mais a reconnu « ne pas connaître de solution miracle. Depuis 2013, nous avons pris toutes les mesures d’économies structurelles possibles. Avec les baisses de dotation de l’Etat (- 207 000 €) et du Département (- 93 000 €) et sans augmenter les taux d’imposition, on sera obligé d’accroître la participation financière des communes. Côté investissement, il ne faudra pas non plus se lancer dans des projets pharaoniques ». Ainsi, pour 2016, les principaux chantiers concerneront le pôle enfance et jeunesse (1 million d’euros dont 800 000 € de subventions), la réfection de la crèche de Cazideroque (100 000 €) et de la cuisine de l’accueil de loisirs de Montayral (20 000 €), le bassin d’initiation de Monsempron-Libos (220 000 €), les terrains de tennis de Tournon (10 000 €). Les stations d’épuration de Lacapelle-Biron et de Sauveterre-la-Lémance seront aussi rénovées.
Daniel Borie, maire de Saint-Vite, s’est étonné de l’inscription au budget d’une somme de 25 000 € pour la machine de Watt alors que le tribunal de Chambéry doit statuer pour la cession du bâtiment ou sa mise aux enchères le 31 mai prochain. Jean-Louis Costes a rappelé une décision prise collégialement lors du dernier conseil et que « nous serons présents lors de cette audience pour défendre nos intérêts ! ».
Au final, le budget a été voté à l’unanimité moins les abstentions des représentants de Blanquefort-sur-Briolance, de Condezaygues, de Saint-Vite et de Trentels.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés