Le Center Parcs sortira du bois de Pindères-Beauziac


La nouvelle est tombée mardi soir. Le Center Parcs lot-et-garonnais s’implantera sur les communes de Pindères et Beauziac, non loin de Casteljaloux, en plein coeur de la forêt de pins des Landes de Gascogne. « C’est une très bonne nouvelle pour le Département », a estimé le président du Conseil général Pierre Camani sur un dossier que sa collectivité avait initié et porté.
C’est même un aboutissement après que les premiers contacts ont été noués il y a plusieurs années et que le directeur général adjoint du groupe Pierre et Vacances,  Jean-Michel Klotz, était venu à l’assemblée départementale en avril dernier pour parler du projet.

Prix d’achat : 2€ le mètre carré
Il aura donc fallu près de huit mois de négociations pour que le nom de l’hôte soit connu. Un choix qui était dicté par un cahier des charges très rigoureux (accès rapide depuis l’autoroute, pas de pentes pour circuler à pied ou en vélo, au milieu d’une forêt de résineux…).
Dès le début de l’été, les sites de Pindères et Beauziac se sont détachés… Mais il a fallu négocier. Les propriétaires des terrains étaient tentés de faire monter les enchères. Au final le prix d’achat a été fixé à 2 euros le mètre carré. Les 82 hectares réservés à Pierre et Vacances ont coûté environ 1,64 millions d’euros et les 45 autres acquis par le Conseil général, situés en bordure du site principal, environ 896 000 euros. « Nous pourrions rétrocéder le terrain à une association environnementale qui sait gérer cela », a précisé Pierre Camani.

Le round des concertations
Une dimension « nature » qui se veut complémentaire avec le Center Parcs. Ce à quoi seront certainement sensibles les associations de préservation de la nature, sans oublier les autorités, qui se mêleront au dossier. Il reste en effet à conférer à ces terrains vierges la caractéristique « touristique » pour pouvoir y développer une activité.
Le coup d’envoi de la phase de concertation sera officiellement donné mardi prochain, lors de la signature du protocole d’accord entre Pierre et Vacances, le Conseil régional et général.
Un temps d’étude nécessaire, afin de coller à l’orthodoxie administrative et écologique, qui débutera dès 2015 pour « 16 à 18 mois » indique-t-on. De quoi envisager, au plus tard, une ouverture en 2019.

Gauvain Peleau-Barreyre

Le projet en chiffres : une manne pour l’économie locale

170 millions d’euros :  l’investissement global sur lequel mise le groupe Pierre et Vacances dont 25 à 30 millions de fonds publics (Etat, Région, Département…).
300 : emplois, à terme, sur le site lorsqu’il fonctionnera. Et près de 250 pour construire l’ensemble.
400 : cottages, soit 2 000 lits, pour un nombre envisagé de 650 000 nuitées (avec un taux de remplissage moyen de 80%). Le site sera ouvert 365 jours par an.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés