Le Département et son président « à la croisée des chemins »


Le marathon du second mandat vient à peine de commencer mais il est déjà l’heure du premier pit stop. Pierre Camani a effectué sa première rentrée politique depuis sa réélection à la tête d’une collectivité qui a failli être mise au rebut. « Mais nous avons milité pour le maintien du département comme un maillon essentiel des territoires ruraux », a rappelé le président de l’hôtel Saint-Jacques. La casse évitée de justesse, l’échelon départemental est prêt, comme l’équipe qui le dirige, à tracer sa route pour les six années à venir.
Mais ce ne sera pas une grande ligne droite. Au contraire, chicanes administratives et raréfaction du carburant étatique font dire à Pierre Camani que le Département est « à la croisée des chemins».

Faire mieux avec moins
La loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) chipe quelques compétences au Conseil départemental. Ce qui n’allège pas pour autant le budget lot-et-garonnais dont ses gardiens sont condamnés à « faire mieux avec moins », d’autant que les impôts « n’augmenteront pas ». Les axes de développement sont donc recentrés autour d’une idée force : promouvoir le Lot-et-Garonne comme garant d’une « qualité de vie ». Cela passe par une attention aux services publics dont les politiques de démographie médicale, du numérique (Très Haut débit), de coopération économique entre entreprises et centres de recherche (clusters) ou agricole (recentrage vers les cultures à forte valeur ajoutée) sont les fers de lance. Le doublement de la RN 21, le barreau de Camélat et Center Parcs sont également sur la feuille de route de ces prochaines années.

Grande consultation
La machine départementale est donc en marche mais aura besoin de copilotes, histoire de bien vérifier si le cap annoncé reste pertinent. Et qui seront les copilotes ? C’est vous ! A la mi-octobre, une grande consultation sera lancée au travers du magazine du Département et d’un site Internet dédié. « C’est une remise à plat politique, détaille Pierre Camani, nous lançons cette consultation pour savoir ce que vous attendez de la collectivité, quelles sont vos priorités. » Les résultats présideront le débat d’orientation budgétaire de janvier 2016. Premier grand contrôle technique pour la majorité socialiste.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés