Le jeu, l’action du match


L’action du match //

La touche trouvée par Burton Francis à cinq mètres de la ligne d’en-but à la 77ème minute a fait se lever le public comme un seul homme. Agen, qui pointe à six longueurs de Biarritz à cet instant, sent que le match peut basculer. Marc Barthomeuf joue la sécurité dans les bras de Tom Murday. S’en suit un ballon porté joué en deux temps. Le centre géorgien Tamaz Mchedlidze concrétise le bon travail collectif des Agenais. Burton Francis parachève le tout d’une transformation pleine de sang-froid. Les spectateurs d’Armandie, après plusieurs broncas à l’encontre de l’arbitre Cédric Clavé, explosent littéralement de joie. Après un premier essai à la sirène de la première mi-temps qui lui a permis de rester dans le match, le Sporting sort une nouvelle fois du bois au meilleur des moments. Cette victoire à l’arraché prend des allures de hold-up, pas totalement démérité non plus car les Lot-et-Garonnais ont su montrer du caractère au moment où le BO s’est mis à déjouer. Le SUA LG s’évite une terrible désillusion et une crise interne sur ce simple essai. A voir la joie des hommes de Mathieu Blin au dernier coup de sifflet de l’arbitre malgré une prestation plus que mitigée, on devine que le soulagement prédomine.

Le jeu //

Indigeste, d’une pauvreté parfois indigne du standing des garçons présents hier soir sur la pelouse, cette rencontre entre Agenais et Biarrots a longtemps flirté avec le médiocre pour malheureusement souvent l’atteindre. On imagine aisément que Canal Plus Sport n’a pas battu son record d’audience hier soir tant la rencontre fut insipide. En manque total de maîtrise, les deux équipes et en premier lieu celle d’Agen ont paru complètement perdues sur la pelouse d’Armandie. On pourra regretter le carton rouge de Joly, la glissade de Sadie filant seul à l’essai ou encore l’éventuel en-avant de Hamdaoui sur le premier essai Biarrot de la rencontre. Mais ce serait mettre un voile sur les lacunes énormes d’un XV agenais en grande difficulté. En panne d’agressivité, incapable de concasser une équipe biarrote pourtant loin de son meilleur niveau, le Sporting a accumulé les maladresses en même temps que sa conquête s’est délitée au fil des minutes. Sanctionnée à cinq reprises, la mêlée agenaise a ainsi beaucoup subi. Et que dire du collectif bleu et blanc ? Désordonné, sans aucun liant, le jeu fut d’une rare pauvreté. Seule éclaircie dans la grisaille, quatre ballons grattés dans les rucks… Et une capacité mentale à aller chercher la victoire au bout du bout… Peu, trop peu pour espérer survoler cette Pro D2… 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés