Le petit oiseau va chanter


Les Chants de Garonne propose ce samedi au théâtre Ducourneau un concert thématique sur le chant des oiseaux et leur influence sur la musique. Jean-François Gardeil, fondateur de la compagnie et artiste lyrique de son état, explique le menu du soir : « Nous organisons un concert mis en espace avec la thématique du chant des oiseaux. Il y aura sur scène une trentaine d’artistes, des chanteurs solistes et un chœur. Ils interpréteront des oeuvres de la période de la Renaissance au XXe siècle. »

Un spectacle que la compagnie lot-et-garonnaise a déjà proposé mais qui s’enrichit de la présence d’un ornithologue, Franck Ibanez. « C’est un scientifique qui possède la qualité de parfaitement imiter le chant des oiseaux. Ils viendra entre les tableaux expliquer le pourquoi du chant des oiseaux. »

De Janequin à Ravel

Amour, défense du territoire ou juste pour la beauté du geste, les fonctions des vocalises du volatile sont multiples. Comment dès lors ne pas être inspiré par ces multiples facettes ? Et cela a commencé très tôt, notamment dès la Renaissance. C’est là que Clément Jacquenin entre en scène. Le compositeur est l’un de premiers à s’être penché sur ce réservoir naturel et à l’avoir traduit en polyphonies, une pièce « d’une grande diffculté » selon Jean-François Gardeil.

Le spectacle continuera à dérouler le fil du temps pour s’attaquer au Romantisme du XIXe siècle. Là les cœurs d’artichauts étaient légions et le répertoire est dense. Le public entendra La Corneille de Franz Schubert, Le Rossignol de Camille Saint-Saëns ou encore du Brahms. La scène se fera plus contemporaine avec les dernières pièces du XXe siècle où les compositeurs comme Maurice Ravel côtoieront les écrits de plumitifs à encre comme Jules Renard.

Tremplin de professionnels

La compagnie basée à Astaffort et qui existe depuis 1990 s’attaque ici à un répertoire de haut vol. Mais pas de quoi déstabiliser le chef d’orchestre, par ailleurs artiste lyrique, Jean-François Gardeil. « Nous donnons une vingtaine de concerts par an, explique ce dernier, et nous mêlons artistes professionnels et amateurs. C’est la philosophie de notre compagnie qui souhaite mettre les chanteurs dans les conditions de concert, devant un public. C’est pour cela que nous collaborons avec de nombreux conservatoires pour que leurs élèves se testent dans les conditions, parfois stressantes, d’un spectacle. »
Une vraie performance d’1h30, inédite et originale, pour roucouler de plaisir.

Gauvain Peleau-Barreyre

Samedi 28 mars à 20h30, théâtre Ducourneau. Renseignements au 05 53 66 26 60. De 11€ à 22€.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés