Le point sur la zone du Pin


Le laboratoire d’analyses médicales de Nérac, ou LBA (Les biologistes associés) a connu d’importantes transformations depuis son déménagement du centre-ville. Situé depuis bientôt six mois dans la zone du Pin, derrière la caserne des pompiers, le laboratoire est le plus gros de la région parmi les douze sites existants. Le laboratoire étant déjà le centre historique de traitement en tubes, « on a voulu garder cette compétence sur un plateau de haute technicité », affirme Olivier Rollet, adjoint du directeur.

Pallier la désertification médicale
La désertification médicale est un problème majeure : « 1/5e des causes est dû aux départs à la retraite qui ne sont pas remplacés », chiffre Olivier Rollet.
Afin de redynamiser le domaine médical sur le territoire, Nicolas Lacombe avait proposé de créer une maison de santé pluriprofessionnelle, soit une zone qui serait dédiée aux professions médicales.
Olivier Rollet affirme que si la mairie n’avait pas décidé de dédier cette zone aux professions médicales, il aurait pu avoir l’idée d’implanter ailleurs ce laboratoire. Or, « un laboratoire d’analyse participe à 80% des diagnostics médicaux», et celui-ci est en partenariat étroit avec l’hôpital de Nérac, avec lequel il fonctionne 24h/24. « Plus de labo, plus d’urgences… », poursuit-il. Le gros combat des élus dans ce secteur a été de pérenniser les professions médicales en zone rurale.  La décision finale pour Les biologistes associés de s’implanter zone du Pin a été prise à la fin de l’année 2014 et a permis de débuter les travaux à la mi-janvier 2015, pour un emménagement qui a eu lieu le 19 octobre suivant. Depuis six mois, le personnel du laboratoire planche sur des machines à la pointe de la technologie, et dans des conditions de travail fortement améliorées.

Des machines de haute technologie
Le laboratoire de Nérac s’est associé récemment avec plusieurs confrères d’Agen afin de mettre tous les moyens en commun dans l’achat de matériel de pointe.  La différence majeure par rapport à l’emplacement sur le cours Romas, est l’acquisition de matériel plus performant qui assure gain de temps, de fiabilité et avec prélèvements sur des volumes de sang plus faible. « Sur des personnes en bonne santé, la quantité de sang prélevée n’a pas d’impact, mais sur des personnes diabétiques par exemple, utiliser moins de sang pour un test a toute son importance », explique Olivier Rollet. Avec des analyseurs à la pointe de la technologie, le travail du laborantin résulte désormais plus de l’expertise technique que de la manipulation : « C’est lui qui valide ou non les résultats et alerte sur l’urgence de la situation, car il ne faut pas oublier que des vies sont en jeu ». Le laboratoire néracais rend les résultats le jour même et la fiabilité ne laisse pas la place au doute. L’automatisme des machines permet l’étiquetage, le tri, les prélèvements,… La marge d’erreur de manipulation est quasi-nulle. De 450 patients il y a peu, le laboratoire analyse désormais les prélèvements de 1 400 patients. Une envolée stupéfiante, permise par le travail des machines : « Nous en possédons comme il en existe peu en France ! », atteste Bruno Morassin, directeur du laboratoire. Du côté du personnel qui comprend dix-sept personnes, le ressenti est très positif. « Tout changement entraîne des craintes, mais ça n’a rien à voir avec ce que l’on avait avant », affirme Olivier Rollet. Le laboratoire est passé de ses anciens locaux de 300 m² sur trois étages à 780 m² sur deux étages, comprenant la partie d’accueil et de traitement en bas et la partie administrative à l’étage. Les pièces de prélèvements sont éclairées naturellement de façon à préserver l’anonymat de chacun tout en s’offrant sur la verdure environnante. L’accueil du labo donne vue sur la salle de traitement et d’analyse, de telle sorte que le visiteur aperçoit le travail effectué en aval, « ce qui n’était pas le cas dans les anciens locaux ».
Pour Bruno Morassin, « malgré le fait que personne n’ait repris le cabinet de radiologie, Nérac a la chance d’avoir un laboratoire neuf et performant ».

Aménagements sur la Zone du Pin
Le cabinet de kiné et de chiropractie présents étaient déjà installés sur la zone avant le laboratoire d’analyse. Les travaux se poursuivent pour la construction d’une maison médicale qui abritera médecins généralistes, infirmiers, sage-femmes… L’installation de médecins spécialisés est également envisagée. Les différentes professions médicales devraient être fonctionnelles pour la fin de l’année 2016.

Ophélie Auberval

Laboratoire d’analyses médicales Zone du Pin
05 53 97 15 67

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés