Le sortant pour un second tour


Mercredi soir se déroulait la première réunion publique pour le duo Pierre Chollet et Baya Kherkhach. « Nous n’allons pas faire de grands meetings, précise tout de suite le conseiller général sortant, Pierre Chollet. Nous préférons mener une campagne de proximité, de terrain, directement dans les foyers. »
Pas facile d’intéresser le grand public, ou plutôt les indécis, à une campagne qui ne fait pas partie de ses sujets de discussion. Ce qui « angoisse » le premier adjoint agenais. « Cela serait horrible qu’après la tragédie des attentats parisiens de début janvier les gens répondent en n’allant pas voter. »

Sécurité et Camélat
Pour conjurer le mauvais sort d’une abstention attendue comme record, le duo de centre-droit veut prendre le mal à la racine dans ce canton exclusivement urbain. « Le Département est une collectivité qui a pour but de préserver la ruralité, mais c’est une notion qui a vieilli, explique Pierre Chollet. Les difficultés sont maintenant d’avantage en centre-ville. On l’a bien vu au dernier conseil municipal. » L’édile fait ici référence aux chiffres dévoilés lundi dernier, faisant des ménages agenais les plus pauvres en terme de revenu mensuel. « C’est pour cela qu’il faut tout faire pour développer les richesses. »
Premier axe de campagne, celui du développement économique. Et là, le vice-président de l’Agglo s’inscrit dans la droite ligne de son président : c’est tout pour Camélat. Et pour la technopole Agen-Garonne. « Nous savons que le Département ne peut pas créer d’entreprises, mais nous devons tout faire pour créer les conditions d’accueil. » Et enfin profiter de la position médiane d’une ville située entre deux métropoles bien plus dynamiques. « Il y a de l’aéronautique, des cancéropôles, de la nanotechnologie… Mais comment avons-nous fait pour passer au-travers ? »

Le FN perdu en campagne
Autre proposition centrale, celle de la sécurisation des collèges. « Cela participe aussi de l’égalité des chances. Les problèmes de violences, racket, harcèlement ou intrusions sont à traiter. Les collectivités ont les moyens de s’y attaquer. »
Le projet est déjà en place, reste aux électeurs de trancher. Et là, l’élu sortant est moins serein. Que ce soit face à la majorité de Pierre Camani, « bien installée sur le terrain et bien aidée par le redécoupage des cantons », et surtout le vote Front national qui irait « à l’encontre du vivre-ensemble » sont des inquiétudes qui le rendent « humble ».

Gauvain Peleau-Barreyre

Les autres candidats du canton Agen 3

Canton 3 : Le nouveau canton d’Agen-3 comprend la partie de la commune d’Agen située au sud de l’axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Boé, avenue du Maréchal-Leclerc, rue de Sevin, boulevard de la Liberté, boulevard du Président-Carnot, rue Diderot, rue Montesquieu, rue Mirabeau, cours Gambetta, rue Lomet, rue Richard-Cœur-de-Lion, rue de la Garonne, place des Laitiers, rue des Cornières, place Barbès, rue Molinier, place du Poids-de-la-Ville, rue Emile-Sentini, place Castex, boulevard de la République, place du 14-Juillet, avenue Jean-Jaurès (route départementale 813), jusqu’à la limite territoriale de la commune de Boé. Il y a environ 12 000 habitants.

Front national : Christine Gabriele et Richard Sanchis (titulaires). Philippe Olmos et Lise Lancione (remplaçants).

Majorité départementale (PS-DVG) : Maïté Alonso et Jean-Sébastien Millot (titulaires). Clélia Daulhac et Jean-Pierre Claverie (remplaçants).

Parti communiste français : Jean-Claude Dissès et Alexia Estay (titulaires). Guilhem Mirande et Marie-Thérèse Héreil (remplaçants).

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés