Le ticket Borie-Gargowitsch élu !


Le duel qui opposait Daniel Borie et Sophie Gargowitsch à Jean Jacques Brouillet et Nathalie Dalché a tourné à l’avantage des premiers dans le nouveau canton du Fumélois qui se calque sur le territoire de Fumel Communauté.

Un match très serré
Le Fumélois a suivi le mouvement du Lot-et-Garonne et a envoyé à l’hôtel Saint-Jacques un duo de la majorité départementale actuelle qui reste menée par le Parti socialiste. Sur le canton 7, 897 voix se sont exprimés sur 13 968 inscrits. 4 074 voix se sont portées sur Borie-Gargowitsch (51.59 %) et 3 823 sur Brouillet-Dalché (48.41 %). Le match a donc été très serré se jouant à 250 voix près !
Pour Daniel Borie, conseiller général sortant de l’ex-canton du Tournonnais « c’est une grande satisfaction pour cette équipe qui a été élue dans un duel et pas dans une triangulaire. Nous avons confirmé l’écart de 300 voix du 1er tour. Je remercie tous ceux qui se sont déplacés pour voter, particulièrement ceux qui avaient soutenus José Gonzalez et Aude Narice-Yan au 1er tour ».

« Désaveu » pour le député
Le nouveau conseiller départemental du Fumélois rajoutait : « C’est un désaveu pour Jean-Louis Costes que j’ai battu par procuration ce soir. Demain, le Département pourra être audible lors des conseils de Fumel Communauté avec deux conseillers départementaux y siégeant ». De son côté, Jean-Jacques Brouillet reconnaissait, fair-play, « une courte défaite. On n’a pas fait le plein là ou devait le faire. C’est sûr qu’à Cuzorn ou à Fumel, notre liste paye pour la situation économique négative du Fumélois qu’on lui attribue puisque nous sommes en responsabilité avec Jean-Louis Costes à Fumel Communauté ».
Jean-Jacques Brouillet rappelait d’ailleurs que les syndicalistes de MétalTemple étaient venus perturber sa réunion à Libos : « Ils devaient le faire pour tous les candidats. Ils ont dû oublier les autres ! » En tous cas, le report de voix à gauche s’est fait puisque que la liste Borie-Gargowitsch totalise plus que l’addition des voix de gauche du 1er tour. Ce qui n’est pas le cas à droite, les Frontistes sont en partie restés à la maison et pour le reste se sont partagés entre les deux camps.

Unir les deux rives du Lot
Se projetant vers la suite, Daniel Borie indiquait : « Maintenant, il faut se mettre au travail pour unir les deux rives du Lot comme le criait notre slogan de campagne. Dès mercredi, nous étions présents avec Sophie Gargowitsch à la préfecture pour défendre les salariés licenciés de Tarkett ».
Pour lui, au-delà des calculs politiques, l’élection s’est jouée sur la véritable implantation locale des candidats de sa liste : « Avec trois maires élus en 2014, et un conseiller général sortant, notre liste a été élue sur un bilan et sur des projets. Pour conclure, je veux remercier tous ceux qui sont venus voter pour nous et pour nos adversaires. L’abstention c’est notre premier ennemi ! »

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés