Les clés du bien vieillir


La journée du Grand Age, proposée par le Conseil général, en partenariat avec la commune de Nérac et le CODERPA 47, s’est déroulée dernièrement à l’Espace d’Albret. Les participants ont été accueillis de tout le département pour assister à deux conférences et rencontrer les partenaires institutionnels ainsi que ceux de l’action sociale, de la santé, des loisirs, de l’hébergement ou encore de l’habitat et du maintien à domicile. Chacun a pu s’informer au fil des stands sur tous les sujets qui touchent le bien vieillir. Les élèves de la Maison familiale rurale de Barbaste ont accompagné les seniors tout au long de la journée.

Ne pas hésiter à changer ses habitudes

Les deux conférences tenues, le matin par Philippe Rousseau chronobiologiste et consultant en prévention santé, et l’après-midi par le docteur François Bonnevay, médecin gériatre, ont fait salle comble. Le premier a expliqué comment s’adapter aux changements lorsqu’on vieillit et comment accepter ce que l’on devient; il a donné les clés du bien vieillir à partir des constats de l’OMS. Par exemple, accepter les changements au niveau du sommeil. Vieillir n’entraîne pas forcément de moins dormir mais de dormir différemment. La conférence fut suivie jusqu’au bout, car l’orateur a su captiver son public en donnant des exemples concrets où chacun et chacune pouvait se reconnaître. Parler des tests réalisés en maison de retraite ou exposer les réflexions des patients a permis à tous de comprendre qu’il ne sert à rien de s’entêter dans ses habitudes de vie. Le fait de changer quelques petites choses entraîne l’élimination de soucis récurrents. Selon le spécialiste en chronobiologie, manger une madeleine en milieu de nuit, en cas de réveil, serait plus efficace que d’avaler un énième somnifère. Il le prouve par des études et essais. L’après-midi, le Dr Bonnevay titillait la curiosité de l’assistance avec le thème « Alzheimer, le diagnostic fourre-tout », faisant le point sur l’approche de la maladie et sur l’accompagnement des aidants et des malades. Un chapitre fut consacré à la médication qui, selon le médecin et les chercheurs, n’est pas reconnue comme étant efficace en la matière. Un diaporama permettait d’étayer ses propos. Le spécialiste voulait mettre en avant la nécessité d’une prise en charge globale du malade et de se former à de nouvelles formes de communication. En fin de réunion, le CRCAS Aquitaine s’entretenait avec des aidants pour définir leurs besoins et comprendre leurs attentes.

Cathy Montaut

Témoignage // Du soutien aux aidants

A la sortie de la conférence sur l’Alzheimer, les réactions allaient bon train. « Cette conférence sur l’Alzheimer  est formidable, ça apporte du bien-être », affirmaient Yvette Dufoir, Paulette Moncalvo et Lydie Vicentini, trois soeurs qui ont été confrontées au problème de la maladie. Elles ont bien voulu témoigner : « Avec cette réunion, nous nous rendons compte du soutien qui peut être apporté aux personnes  atteintes de maladies du cerveau et aux aidants. Nous avons gardé notre maman à la maison durant quatre ans, on lui donnait de l’amour, on a tout fait pour qu’elle se sente bien. Elle ne communiquait que par les yeux, elle comprenait ce que nous disions. Elle n’était pas atteinte de la maladie d’Alzheimer, mais atteinte d’une autre maladie et elle avait perdu l’usage de la parole. Nous pensions qu’elle était bien, mais ça ne veut pas dire qu’elle l’était. Nous étions trois, nous nous étions organisées pour nous relayer auprès d’elle. Nous avions mis en place un cahier de liaison pour échanger entre nous sur l’état de maman, sur ce que nous avions fait. Cette journée Grand Age permet de comprendre beaucoup de choses », expliquaient les trois soeurs.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés