Les Cornières ne sont pas à la fête


Ils avaient été prévenus : « Il faut souffrir pour être beau ». Mais là, « c’est la cata ». Giulia Uzan, gérante de Thé Cup’in sous les Cornières, serre les dents et sert ses habitués. « Heureusement qu’ils sont là parce que depuis qu’il y a les travaux, il n’y a plus de passage. » L’historique rue commerçante d’Agen est au coeur du projet de revitalisation du centre-ville Agen Coeur Battant 2 et présentera ses nouveaux atours en mai prochain. Mais à l’approche des fêtes de fin d’année, période faste pour les affaires, le compte n’y est pas. « On aimerait bien les voir les élus si on leur disait qu’il fallait se priver de 30% de leur salaire », lâche, dépitée, Corinne, de la boutique Orfèvrerie des Cornières. Les travaux, bien sûr, n’aident pas à l’attractivité de l’artère. Mais ce n’est pas tout. Francine, l’associée de Corinne, tapis rouge en main, ne décolère pas des décorations mises en place.

Lumières « bal à papa »

« Vous avez vu la guirlande ? Il y a la moitié des ampoules qui ne marchent pas… ça fait décoration de bal à papa. » Alors c’est décidé, le tapis rouge, elle va le dérouler à ses clients, au sens propre. « On aurait voulu voir des sapins, des lumières… Mais on nous répond qu’il n’y a pas de budget. Même les clients râlent et nous le disent que c’est la galère pour venir jusqu’ici. »
A l’autre bout de la rue, dans le magasin Casaquin Doré de Michèle Saviane, c’est calme. « Ca me fait mal au coeur de ne voir personne, explique-t-elle. Il faut donner envie aux gens de venir. » Une des solutions pour cette dernière, comme pour bon nombre de ses confrères, serait « d’allumer les guirlandes et lanternes en journée pour que ça fasse Noël ». « Là ils allument la nuit, vous croyez qu’ils viennent la nuit les clients ? »
En face, dans la quincaillerie Vigué, on fait le dos rond et on renvoie au maximum les clients vers la seconde adresse située sur une zone commerciale. « On ne va pas fermer mais en attendant la fin des travaux, il faut tenir. » « C’est sûr que je vais ouvrir tous les jours, même le dimanche », conclut Giulia Uzan. Et espérer un miracle de Noël.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés