Les douaniers vont se faire entendre


Les agents agenais sont à l’origine de 30% des armes saisies en Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Au-dessus de la porte d’entrée de la brigade des douanes d’Agen, le message s’affiche en toutes lettres : « Non à la fermeture ». Car depuis quelques semaines, le Lot-et-Garonne est annoncé comme une des victimes de la restructuration qui touche l’administration douanière. Dans la charette avec Arcachon ou Cambo notamment, la brigade du département est en sursis, suspendue au plan de restructuration que conduisent la hiérarchie et le ministère de tutelle. « Avant ils supprimaient des effectifs, résume Olivier Géron, porte-parole de l’intersyndicale, maintenant ce sont des brigades entières. »

C’est donc à Agen que les représentants de l’interrégion Aquitaine-Midi-Pyrénées ont décidé de se rassembler en début de semaine pour ancrer la mobilisation et décider d’un plan de bataille.

Du chiffre et des résultats 

Ils ont d’abord rappelé, chiffres à l’appui, que les agents agenais apportaient leur écot dans la lutte contre les trafics et fraudes. Et faisaient donc entrer les deniers dans les caisses de l’État. « Il y a six agents dans ce que l’on appelle la volante à Agen. Ils rapportent, en droits et taxes retrouvés, 660€ par agent. A Hendaye, où ils sont 55, ils reversent 3 300€ de pénalités, à Agen, ce sont 18 280€ ! » L’une des interprétations possibles serait une plus grande efficacité des douaniers, en dépit des réductions d’effectifs… « Mais c’est complètement faux, rectifie Agnès Ragaru, membre de l’intersyndicale, cela veut simplement dire que les trafics sont toujours plus nombreux ! » Les agents lot-et-garonnais  sont, par exemple, à l’origine de 30% des armes saisies entre Aquitaine et Midi-Pyrénées…

« Bloquer Agen c’est facile »

Une mission de protection et de service public que ces fonctionnaires ne veulent pas voir disparaître. Et leur détermination est totale. « Notre hiérarchie nous dit que rien n’est fait, c’est ce qu’ils avaient dit avant de fermer la brigade du Verdon. Alors nous passerons à l’action, très rapidement…. Il est très facile de bloquer Agen pour se faire entendre… » D’autant que des événements nationaux, congrès national des pompiers, élections régionales, arrivent à point nommé pour faire grossir la caisse de résonance.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés