Les élus pas prêts de fumer le « Camélat » de la paix


Qui aura le dernier mot sur le dossier de Camélat ? Si sa qualification d’équipement routier indispensable au développement du Lot-et-Garonne (pont, barreau et échangeur autoroutier) fait l’unanimité auprès des élus de tous bords, le calendrier et le financement de sa réalisation divisent les deux acteurs majeurs du dossier, Pierre Camani et Jean Dionis.
Le président départemental croyait avoir fait le plus dur en décrochant, avec l’appui de la Région, l’inscription des travaux d’études dans le plan Etat-Région 2015-2020. La rencontre avec Manuel Valls du président de la Région, Alain Rousset, survenue la semaine dernière « a confirmé l’obtention de 2 M€ crédits d’étude spécifiques pour la réalisation du pont et du barreau de Camélat ». Ce à quoi a réagi Pierre Camani : « J’ai déjà annoncé à plusieurs reprises avoir obtenu satisfaction sur le dossier Camélat. En effet, pendant que le président de l’Agglomération d’Agen perdait son temps en gesticulations politiciennes, je me battais pour faire avancer le dossier, avec succès ».
L’Etat débloquera ainsi 2 M€ dans le cadre du CPER 2015-2020, auxquels s’ajoutent les 2 M€ de participation du Conseil général et les 2 M€ de participation de l’Agglomération d’Agen. Au total, ce sont donc 6 M€ de crédits d’études qui seront mobilisés pour les études de Camélat sur la période 2015-2020.

« Abandonnés par la Région »
Ca y est, affaire pliée ? Et non. C’était sans compter sur l’annonce du président de l’Agglo que « dans l’attente de crédits de travaux de l’État pour le pont de Camélat, la suspension des crédits réservés par l’agglomération d’Agen au programme de rénovation de la RN 21 ». Deux millions en moins. Si Jean Dionis « gesticule » pour certains, il n’a pas eu la main qui tremble au moment de justifier le retrait des crédits accordés par sa collectivité. « Au sortir de la conférence des exécutifs d’Aquitaine auquel je viens d’assister, le constat est fait que l’Agenais et le Lot-et-Garonne sont abandonnés par l’État et la Région pour les 6 ans à venir ». Justifiant son propos par l’absence d’engagement de l’Etat pour la phase « travaux » dudit pont. Une réflexion qui a été poursuivie par le conseiller général d’opposition, par ailleurs candidat à sa succession et adjoint agenais auprès de Dionis, Pierre Chollet, que « La Région ne vous a pas respecté ».

Divergence de calendrier… Et d’ego
Le ton est monté aussi du côté du Département où Pierre Camani s’est fendu d’un « Jean Dionis du Séjour a, une fois de plus, manqué une occasion de se taire en mettant en doute ma parole et ouvrant de nouveau un bras de fer inutile ».
Patrick Cassany, président de l’agglomération villeneuvoise et vice-président au Conseil général chargé de l’aménagement du territoire, des infrastructures et du transport n’a pas tardé lui non plus à réagir, soulignant que les déclarations du maire agenais n’étaient rien d’autre que de la « com » : « Dionis fait du Dionis (…) Le respect des engagements est une notion essentielle pour conduire sérieusement une politique d’aménagement, et au-delà de l’irritation, la menace de Jean Dionis du Séjour de suspendre la participation de l’Agglomération d’Agen traduirait un reniement des engagements pris et un manque de sens des responsabilités ».

Pourquoi justement un tel antagonisme ?
Il s’agit d’une divergence de vue sur les priorités à accorder aux différents aménagements de Lot-et-Garonne. L’assemblée départementale privilégie le doublement de la RN 21 pour ensuite s’attaquer au barreau de Camélat. Du côté de l’Agenais, la réalisation du franchissement de la Garonne est la condition urgente et  sine qua non du désenclavement du nœud autoroutier à l’entrée d’Agen. Et si vous ajoutez à cela des appartenances politiques différentes et un contexte de campagnes électorales (les Départementales en mars et les Régionales en décembre), vous obtenez un cocktail qui ferait tourner la tête des observateurs les plus assidus.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés