Les jardins cultivent la mixité sociale


Ils existent depuis 2012. Les jardins partagés, idée émanant de l’association Horizon Vert, connaissent un joli succès, passant de 25 à 30 parcelles en l’espace de deux ans. Ce jeudi, le bail qui les lie à la municipalité pour les terrains a été renouvelé pour trois ans supplémentaires, de manière plutôt naturelle : « Des jardins partagés, il en existe un peu partout en France, mais surtout dans les grosses agglomérations » explique Mathilde Verger, animatrice du site. « Horizon Vert voulait diversifier ses activités en dehors du Salon de l’environnement. Elle a alors eu l’initiative d’implanter le concept à Villeneuve-sur-Lot ».

Les terrains où les jardins se créent étaient alors en friche : « Au début, ce ne devait être que des parcelles individuelles, mais peu à peu les jardins ont évolué » explique Mathilde Verger.

Ainsi, des parcelles collectives se sont également constituées, regroupant une dizaine d’habitants férus de jardinage : « Il y a également des parcelles sur lesquelles des structures associatives viennent travailler. Car au fil des années, nous avons développé des partenariats, avec le centre médico-social ou la Maison des femmes ».

Bio et mixité sociale

Naturellement, les jardins partagés sont également devenus un lieu de partage et de mixité sociale : « Ici, on croise des jardiniers de tous horizons. Certains n’ont pas de jardin, d’autres pas assez de terrain pour y planter un potager, d’autres encore viennent y chercher le partage de connaissances et le plaisir de jardiner ensemble ».

Plutôt âgé entre 40 et 60 ans, le jardinier adepte du partage vient cultiver une à deux heures par jour… Et suit des consignes bien établies. Car sur les jardins partagés, on pratique la culture biologique et le respect de l’environnement. Mathilde Verger est là pour guider les novices : « Mais les jardiniers s’échangent également leurs petits trucs et apprennent le vivre ensemble ». Ils sont ainsi 40 à se croiser régulièrement sur ces parcelles écologiques : « Nous leur fournissons une partie du matériel. Même dans le labour, nous essayons de respecter la terre. Nous avons récemment passé un partenariat avec le Haras qui vient labourer avec des chevaux ».

Les jardins partagés ont également développé d’autres services comme celui du compostage ou du broyage : « Les personnes viennent déposer leur déchets organiques et récupèrent du compost au bout de quelques mois au prorata des seaux de déchets déposés » explique Mathilde Verger. Cette dernière a des projets pour les trois années qui arrivent et notamment en direction des plus petits : « Nous allons réserver une parcelle pour eux, et les écoles ou centres de loisirs intéressés par des ateliers. Notre objectif est de faire déplacer les gens sur nos jardins, qu’ils mettent la main dans la terre et renouent avec la nature ».

Annabel Perrin

Pause jardin lieu dit Paga, Eysses –
Contact au 05 53 01 69 88

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés