L’inébranlable Burton Francis


Lundi matin, pour le traditionnel point presse du début de semaine, Burton Francis affichait une étonnante décontraction. « Bon week-end ? », lance-t-il avec le sourire. Mais quid du sien ? « Ça va ! », répond-il franchement. Une prestation comme celle qu’il a fournie à Béziers aurait de quoi donner quelques insomnies aux joueurs les plus fragiles. Deux pénalités ratées ainsi qu’une transformation, un coup de pied direct en touche, un ballon mort sur une pénaltouche, un turnover dangereux et quelques mauvais choix dans l’animation… le bilan est lourd. Lui, le numéro 10 indiscutable des dernières saisons, sur le podium des meilleurs réalisateurs de Top 14, a même vu son staff demander à Clément Darbo de prendre le relais au pied avant de le remplacer à un quart d’heure du terme.

« Je ne suis pas en danger »
Mais l’artificier agenais n’a pas la mine de celui qui a mal dormi. Non, parce qu’il ne doute pas le moins du monde. « Je ne suis pas en danger, je connais mon boulot », assure-t-il. Et de rajouter : « J’aurais continué à buter si les coachs n’en avaient pas décidé autrement. Si ça ne tenait qu’à moi, je les taperais tous ». Inébranlable. Si défaillance il y a bien eu, la force mentale du Sud-Africain ne peut être incriminée. Quelle est donc la cause de ce naufrage ? « Ce sont des choses qui arrivent », précise-t-il tout simplement. Pas de séance intensive entre les perches, donc, à son programme cette semaine. Selon lui, la mécanique n’est pas en cause, seulement les sensations le jour J.

« On n’a pas encore trouvé notre jeu »
Burton Francis garde une pleine confiance en ses capacités mais ne fuis pas pour autant ses responsabilités. « Je suis le général, le chef, le pivot de cette équipe avec Clément (Darbo, ndlr), Paul (Abadie) et François (Bouvier). C’est à nous, en tant que charnière, de trouver les bonnes options pour faire jouer l’équipe. On n’a pas encore tout à fait trouvé notre jeu, on ne maîtrise pas bien le schéma. Il faut reconstruire un peu tout ça. A mon avis, il faut jouer plus simple, avec plus de sécurité », détaille l’ouvreur. L’encadrement comme les supporters scruteront sa réaction avec attention contre Albi. Et là encore, Burton Francis ne semble pas atteint par la pression : « J’ai hâte. Je suis excité comme jamais ». Ça promet !   

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés