L’interview // Adil Abassi : « L’entraîneur a amené de la cohésion »


L’Hebdo : Comment s’est passée votre intégration dans l’équipe ?
Adil Abassi : Les dirigeants sont super présents, ils sont compétents, humains et respectent les joueurs. Ils nous ont intégrés rapidement avec des soirées et des stages de cohésion. Nous somme venus dans un groupe sympa avec des joueurs qui sont là pour le maillot. C’est une culture que j’avais perdue à Agen. C’est une culture que l’on retrouve à Villeneuve et ailleurs aussi, on est une bande de potes. On a été bien accueilli et ça se passe très bien.

L’Hebdo : Vous connaissiez Serge Bell (entraîneur de la CTC) avec qui vous avez joué à Agen, que vous a-t-il apporté comme nouveauté cette saison ?
A. A. : Je suis arrivé d’Agen coaché par Boutin, la différence c’est que tu joues pour une personne que tu connais. L’avantage que nous avons avec Serge, même s’ils nous entraînent, il est en tenue avec nous sur le banc. Il est autant ton entraîneur que ton coéquipier, c’est une chose importante. S’il est sur le terrain, on sait qu’il donnera tout pour l’équipe. Même si sa tâche est compliquée de coacher les hommes avec qui il a joué. On le respecte pour ça aussi. En ayant joué avec tout le monde, il a amené une vraie cohésion ce qui nous rend soudés et solidaires.

L’Hebdo : Quel a été le déclic pour entamer cette série de trois victoires à la suite ?
A. A. : Je pense que c’est la prise de conscience du réel niveau du groupe. On a une super équipe sur le papier. Il y avait quelques réglages à trouver, on manquait de profondeur de banc avec les blessures d’Emilien Bouyrelou et Nicolas Vidal. On s’est rendu compte que le groupe avait un bon niveau et qu’on était capable de battre de fortes équipes. La défaite à Oloron nous a beaucoup appris et nous a mis en sursis. On savait que si on perdait derrière, la saison était finie. Puis, on a eu le déclic en battant l’Elan et le BLAC à la maison.

L’Hebdo : Vous avez aussi un rôle d’entraîneur à la Coop puisque vous vous occupez de la réserve filles de Pujols, comment se passe votre autre saison ?
A.A : On a fait une préparation qui s’est bien passée. Je suis arrivé dans le groupe sans connaître grand monde. J’ai été agréablement surpris, parce qu’il y a une vie dans ce club. Le président, les bénévoles, les joueurs et joueuses sont tous concernés. J’ai démarré la préparation cet été avec les filles, on a été gagné chez l’actuel leader lors de la première journée. Et puis, grosse désillusion, on n’arrivait plus à jouer ensemble. Est-ce que je mettais trop de pression sur les filles ? Je ne sais pas. Mais depuis, j’ai retrouvé les joueuses que j’ai eues en préparation, on reste sur deux victoires à domicile. C’est bien avant de jouer à Bruch dimanche, c’est un match qu’il faut prendre absolument contre un adverse que l’on respecte et que je connais plutôt bien.

Léo Sansot

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés