Lionel Philip, nouveau président de la section 47 de la fédé des CUMA


Depuis quelques semaines, la section 47 de la fédé des CUMA s’est choisi un nouveau responsable départemental : Lionel Philip. Lionel, 37 ans, a grandi à Bourlens sur l’exploitation familiale de ses parents.
Après avoir effectué des remplacements sur différentes exploitations du secteur entre ses 15 et 19 ans, le jeune homme s’installe à son compte à Courbiac en 2001 sur les terres de ses beaux-parents et sur des terres rachetées à Tournon. « A l’époque essentiellement avec des vaches laitières et de la polyculture, maintenant on est passé sur de la race à viande en blonde d’Aquitaine, de la polyculture, de la betterave, du maïs et du colza semence et un peu de maïs à éclater », explique Lionel.

Créer du lien

En 2005, Lionel prend la direction de « La céréalière », l’une des plus importantes CUMA du secteur. Ces coopératives sont devenues essentielles dans le monde agricole actuel. Elles permettent d’acheter du matériel à plusieurs et se partager les frais d’utilisations qui sont nécessaires pour l’entretien de ces machines. Elles permettent également d’embaucher du personnel et de pérenniser sur plusieurs exploitations les emplois. Mais pour Lionel ce n’est pas tout : « Bien sûr, l’aspect financier est très important aujourd’hui mais les CUMA permettent également de créer du lien, de partager nos idées et de travailler ensemble sur de nouveaux projets ». Ainsi, localement, la CUMA de La Céréalière qui n’est pas seule à exister dans le Tournonnais, c’est 230 000 € de chiffres d’affaires à mesurer en prestations fournies à la quarantaine d’adhérents qui la composent. « C’est un service à la carte. On adhère en fonction de ses besoins et chacun paye sa quote-part » explique Lionel. Le bâtiment de la CUMA est situé sur la zone d’activité Saint-Roch sur la route de Villeneuve. Toutes les machines y sont stockées ainsi qu’un atelier de réparation et une petite boutique de dépannage de produits agricoles. On y croise le matin bon nombre d’agriculteurs qui autour d’un café partagent leur vie.

Bureau d’idées

La structure départementale que préside désormais Lionel est de son côté un peu « comme le bureau de gestion des collectivités, elle nous aide à préparer les factures, s’occupe de la TVA, et des bulletins de salaires », explique Lionel. Elle assure également un rôle d’animation du réseau et conseille les adhérents lorsqu’ils se lancent dans de nouveaux projets ou de nouvelles filières de production. « C’est un véritable bureau d’idées et d’échange », précise Lionel. C’est en tous cas un acteur majeur de l’agriculture en Lot-et-Garonne avec 127 CUMA affiliées, 4,3 millions d’euros investis et 8,5 millions générés en prestation chaque année. « Le rôle du responsable départemental est de porter les valeurs de notre fédération. C’est à dire notre rôle de citoyen qui consiste à défendre les actions menées par nos structures et de continuer à faire la promotion des CUMA auprès de nos partenaires et du grand public » conclut Lionel Philip.

www.lot-et-garonne.cuma.fr

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés