L’oeil d’André Gounou // Grande braderie européenne, une colonisation rampante


Alerte ! La France, les pays d’Europe, vendent leurs « bijoux de familles » et personne ne s’émeut. Qui ose encore parler d’indépendance ? Que font et que disent nos responsables politiques de tous bords ? Rien. Je sors de mon rôle d’observateur local pour vous alerter, vous sensibiliser, vous mobiliser. Alors que nous nous excitons sur des problèmes sociétaux, que nous intervenons sur des théâtres d’opérations militaires pour défendre des libertés, subrepticement, sournoisement, nous nous laissons déshériter sans rien dire. C’est en apprenant la vente des principaux aéroports de province sans l’aval des citoyens-contribuables, dont, Bordeaux, Montpellier, Lyon, pour renflouer les caisses de l’Etat et aussi Toulouse pour lequel cinq investisseurs étrangers dont un Chinois sont candidats à son rachat que je réagis. Détenu à 60 % par l’état, 25 % par la CCI de Toulouse et à 15 % par les collectivités locales il risque passer dans le giron d’investisseurs étrangers. Un aéroport ce n’est pas n’importe quoi ! C’est un site stratégique sensible. Airbus, très gros utilisateur des pistes de Blagnac, mobilise une centaine d’hectares sur l’emprise de l’aéroport. Regardez ce qui s’est passé en Grèce. Depuis la crise, la Chine investit massivement en Grèce. Ce pays n’est pas seulement la porte d’entrée de l’Europe. C’est aussi une voie d’accès pour la mer Noire, le Moyen-Orient, les Balkans. De par cette position stratégique, la Chine veut investir davantage dans l’énergie et les transports. On trouve tout sur le catalogue en ligne du Taiped qui gère les privatisations en Grèce. Ce fonds, auquel l’Etat transfère peu à peu tous ses actifs vendables, édite un catalogue qui donne le vertige. Un pays en crise est un pays vulnérable. Ce sont les dirigeants du FMI et de l’UE, et notamment d’Allemagne, qui ont demandé que la Grèce vende ses ports et ses entreprises publiques, parmi lesquelles, bien sûr, les compagnies pétrolières d’État, afin de réduire sa dette.

La France, nouvelle Grèce ?

Veut-on suivre cet exemple en France ? Alors qu’en Bourse des fleurons tricolores sont passés discrètement entre les mains de groupes et de fonds étrangers, plusieurs de nos grands crus vinicoles, hôtels de luxe du savoir-vivre à la française, maisons de haute couture et du luxe sont déjà aux mains d’investisseurs étrangers. Si j’ajoute à cela les transferts technologiques acceptés lors d’importants contrats aéronautiques, nous perdons ce qui a fait au cours des siècles notre force et notre rayonnement. La Chine, la Russie, les pays du Golfe viennent faire leur marché en profitant des soldes. Avez-vous remarqué que ces pays restent à l’écart des grands conflits mondiaux ? Loin d’abolir le rôle des Etats, la mondialisation doit au contraire leur redonner tout leur sens : seule la puissance publique peut réguler la mondialisation en fixant des normes, en protégeant ses richesses, en aménageant le territoire.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés