Le Lot-et-Garonne prend le virage du numérique


Incarta, deux millions d’euros investis dans le numérique

Bon-Encontre // Fondé en 1987, le cartonnier Incarta vient d’investir près de 2 millions d’euros dans une imprimante numérique lui ouvrant ainsi de nouvelles perspectives.

Pour fêter son arrivée, Bernard Denjoy et ses trente-et-un salariés avaient mis les petits plats dans les grands. Ils étaient en effet nombreux à se bousculer autour de la petite merveille que le PDG de la société Incarta, spécialisée dans la fabrication de packaging en carton compact, vient de s’offrir moyennant un investissement de 2 millions d’euros : « Un gros investissement certes, mais cette presse d’impression numérique HP pour carton compact nous ouvre tellement de perspectives », se réjouissait l’heureux propriétaire d’une machine qui pour l’heure n’a été commercialisée qu’à trois exemplaires en France.

Apprendre à dompter la « bête »

Pour dompter « la bête », il a fallu tout de même quatre mois aux équipes de Bernard Denjoy : « Nous l’avons reçu en octobre mais nous commençons tout juste à la faire tourner réellement », tant ce monstre de technologie permet d’explorer de nouvelles voies. Tel un horloger suisse, l’équipe Incarta a donc dû acquérir de nouveaux réflexes pour tirer la quintessence d’une telle machine. « L’objectif est pour nous de conquérir de nouveaux marchés notamment sur des clients qui cherchent des tirages plus confidentiels. Souvent, sur des lancements de produits, nous avions des demandes de petits tirages que nous ne pouvions honorer car nous n’étions pourvu que d’une presse carton offset destinée aux moyens et gros tirages. Aujourd’hui cette machine numérique dernier cri permet d’être compétitif dès les plus faibles tirages grâce notamment à des frais de mise en production très limités. » Incarta va ainsi pouvoir répondre à de nombreuses demandes qui sont, pour l’heure, restées sans réponse : « On nous sollicitait beaucoup sur des lancements de produits, des pré-séries mais hélas on ne pouvait pas satisfaire ces demandes. Là on va pouvoir accompagner nos futurs clients de la genèse de leurs produits jusqu’à la maturation. »
Enfin, Bernard Denjoy l’assure, Incarta va pouvoir offrir à ses clients des solutions de packaging définitivement innovantes : « Dans une société qui s’est considérablement transformée, les consommateurs ont beaucoup changé leur façon de consommer. Avant on disait « nous », aujourd’hui notre société est une somme de « je ». Les entreprises ont besoin de répondre à cette nouvelle façon de penser. Avec cette presse nous serons en mesure de créer des packagings avec un changement de décors sans limite et presque personnifié. »

L’industrie du futur déjà dans les locaux de la CCI

Lot-et-Garonne // La semaine de l’industrie a permis à la CCI de présenter son fablab, outil numérique de fabrication de prototypes.

La semaine dernière, la Chambre de commerce et d’industrie ouvrait grand ses portes au grand public et patrons de PME et TPE et plus particulièrement celles du «  Kiosque 47 », le FabLab où trône un parc de machines impression 3D de haute performance. Profitant de la semaine de l’industrie, opération nationale, la CCI tenait à faire connaître un espace qui offre de nouvelles possibilités aux chefs d’entreprise et porteurs de projet pour fabriquer rapidement un prototype. « Rappelons que l’industrie représente 15 000 salariés en Lot-et-Garonne. Ce n’est pas rien » précisait Alain Brugalières, président de la CCI. Pariant sur le développement du numérique, la CCI a investi 50 000 euros dans une nouvelle machine de haute performance : «  Nous sommes deux institutions en France à en posséder une, le CNRS et nous » ajoute fièrement Romain Delehonte, responsable du FabLab. Dans la même lignée, la CCI organisait également une réunion à destination des chefs d’entreprise sur les nouveaux métiers liés au numérique et digital : « Actuellement, les métiers se fragmentent et se transforment, de nouveaux apparaissent. Difficile parfois de s’y retrouver pour les chefs d’entreprise. Cette réunion a pour objectif de faire le point sur les évolutions des savoir-faire » explique Romain Delehonte.

En direction des plus jeunes

La CCI tenait également à sensibiliser les plus jeunes aux nouvelles technologies de production, car, ils seront amenés, plus encore qu’aujourd’hui, à les utiliser. Avec la collaboration étroite du maire de Penne d’Agenais, Arnaud Devilliers, la CCI a élaboré un «  Hackaton » au cœur du collège de la commune. En une journée, les élèves de troisième de l’établissement on dû élaborer un emballage alimentaire destiné à la nourriture à emporter, un objet pratique et écolo. Trois équipes ont été constituées, formées d’élèves, de professionnels de l’ergonomie et d’étudiants. Ils ont inventé chacun un emballage original, trois projets concrétisés au FabLab du collège : «  C’était une première cette année » précise Alain Brugalières, président de la CCI. Une première qui a suscité des belles inventions avec une «  foodbox » en forme de tube, la tipi-box ressemblant à une tente, et le lunch-bag à l’image d’un sac à dos.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés