Lucien Clergue, star du Mai de la photo


Chaque année au printemps, le Villeneuvois se transforme en une immense galerie accueillant de nombreuses expositions photo réalisées par des professionnels et des amateurs, tous animés par une passion commune : l’image.

Au programme notamment de ce Mai 2015, le public pourra découvrir au musée de Gajac le travail d’un des plus grands photographes français, Lucien Clergue.

Pour sa grande exposition 2015, et dans le cadre de la manifestation, le musée de Gajac a souhaité rendre hommage à l’une des figures mythiques de la photographie récemment disparue.

Conçue par le musée Réattu d’Arles, cette exposition témoigne du parcours de l’artiste et célèbre tout à la fois l’homme et l’histoire d’une discipline artistique.

A l‘âge de 7 ans, Lucien Clergue apprend à jouer du violon sous l’impulsion de sa mère. Quelques années plus tard, son professeur lui révèle qu’elle ne peut plus rien lui apprendre. Issu d’une famille de commerçants modestes, il ne pourra pas poursuivre ses gammes au conservatoire.

Lancé par Pablo Picasso

En 1949, il apprend les rudiments de la photographie. En 1953, lors d’une corrida aux arènes d’Arles, il force le destin en mettant ses photos sous le nez de Pablo Picasso.

Encouragé par Picasso, c’est en 1957 que le jeune Lucien Clergue publie les photographies qui le rendront célèbres : 12 nus illustrant une suite de 14 poèmes de Paul Eluard. Le photographe ouvre là l’un des plus grands chapitre de sa carrière qui restera marquée par les collaborations littéraires, le concept du livre d’artiste et le culte du nu. Ainsi les portfolios « Née de la vague » (1968) et « Genèse accompagné de poèmes de Saint John Perse » (1973) constituent l’un des temps forts du parcours de l’exposition.

Le langage des sables

C’est à l’initiative de Clergue qu’est créé en 1965 et pour la première fois en France un département dédié à la photographie au musée Réattu d’Arles. S’ensuit quelques années plus tard la naissance des Rencontres d’Arles, puis la création, en 1982, de l’École Nationale Supérieure de la Photographie.

Autre moment crucial de sa carrière, illustrée dans cette exposition, une suite de photographies sur le langage des sables. L’œil de Lucien Clergue y révèle la richesse graphique du monde des sables de Camargue au travers d’images quasi conceptuelles à la frontière de l’abstraction. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 2003.

En 2007, la photographie entre officiellement à l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, après que Lucien Clergue ait été élu par ses membres en mai 2006. Couronnement d’une carrière tout autant que d’une discipline, Lucien Clergue devient le premier académicien personnifiant la discipline. L’artiste est décédé en novembre dernier.

Vernissage au musée de Gajac le jeudi 30 avril à 18h30

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés