Une maison de santé pour 2018 ou 2019


La désertification médicale n’est pas seulement l’un des thèmes privilégiés des élections législatives ! Dans le Fumélois, c’est une inquiétante réalité qui va encore s’amplifier dans les années à venir. Réunis dans les locaux de Fumel-Vallée du Lot, mercredi dernier, Didier Caminade, Jean Louis Costes, Christian Saint-Béat et les deux conseillers départementaux Daniel Borie et Sophie Gargowitsch en ont mesuré l’urgence collectivement.

Une situation alarmante

Christian Saint-Béat, maire et médecin à Lacapelle-Biron, vice-président en charge de la Santé de la communauté des communes, a dressé le diagnostic de la situation actuelle : « En 2014, 14 docteurs sont en poste sur le Fumélois, ils seront 7 en 2018 après les départs en retraite ! 1200 personnes sont aujourd’hui sans médecin référent, c’est une situation alarmante ! » De plus, la patientèle est vieillissante et il existe de nombreuses pathologies liées à l’ancienne usine. « Avec un public en précarité économique, on cumule les difficultés » ajoute le docteur Saint-Béat. « La création d’une Maison de santé pluridisciplinaire (MSP) est une obligation pour faire venir de nouveaux médecins, indique Jean-Louis Costes, le maire de Fumel. Mais ce n’est pas la panacée. Il faut également réaliser un travail important de mutualisation comme celui qui a été réalisé avec les hôpitaux de Fumel, de Penne d’Agenais et de Villeneuve-sur-Lot ». Jean-Louis Costes est également favorable à la mise en place de règles nationales pour contraindre les professionnels de santé à s’installer dans des zones rurales. Christian Saint-Béat a souligné pour sa part la nécessité pour les médecins du secteur de devenir maîtres de stage pour faire venir des étudiants susceptibles de rester ensuite sur place ou d’y revenir.

Projet de santé

« Depuis trois ans, on a beaucoup travaillé sur ce projet mais au départ on a souhaité que les médecins s’en emparent pour le porter. Ils n’ont pas donné suite hormis Christian. Il va se charger de travailler sur le projet de santé pour que l’on soit dans les clous avec un médecin référent ». En effet, et Daniel Borie l’a rappelé : « Le Département subventionne les MSP si un projet de santé est réalisé par un médecin référent et validé par la signature de tous les professionnels de santé qui souhaitent s’y installer. 150 000€ ont été fléchés dès 2008 pour le secteur de Fumel et sont reportés chaque année en attente de la réalisation de ce projet ». Lors du dernier conseil communautaire, les élus ont validé l’implantation de la future MSP qui s’installera sur le parking de l’ancienne usine près du Crassier. L’axe entre Fumel et Libos va être réaménagé et pour concentrer les services publics alors que la rocade de Montayral sera celle des commerces. 800 000€ de budget sont prévus pour la MSP qui devrait voir le jour entre 2018 et 2019. De plus, un couple de kinésithérapeutes va créer sur ce site une structure privée dont les travaux démarreront en janvier 2018.  Christian Saint Béat a également annoncé l’arrivée en août d’une gynécologue à Libos et avant de rejoindre la MSP lorsqu’elle sera terminée.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés