Manifestation // La FDSEA et les JA optent pour l’action classe


Le contraste était saisissant. Quand, il y a un mois, la Coordination rurale faisait feu de tout bois dans la ville d’Agen, leurs confrères syndicaux de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs (JA) ont opté pour une action plus en douceur mercredi dernier.. Mais toujours fédératrice puisqu’on dénombrait environ 200 manifestants venus en cortège devant les locaux de la Direction départementale des territoires (DDT).

« Un métier qui meurt »

Le mot d’ordre national, décliné ici à Agen, était le même qu’il y a un mois : conséquences sur les prix des fruits et légumes de l’embargo russe, coût du travail, consommer local et extension des zones vulnérables. « Nous demandons une clarification très rapide, d’ici la fin de l’année, de la directive Nitrates », expliquait notamment le président de la FDSEA Jean-Luc Poli. Rejoint par son homologue des JA, Benoît Parisotto, ce dernier résume l’état d’esprit des exploitants. « En empilant des contraintes, on freine l’installation des jeunes, c’est décourageant. Et un métier qui ne se renouvelle pas, c’est un métier qui meurt. »

Soupe et drive in de fumier 

Un message qu’ils ont pu relayer auprès de la population grâce à des actions originales. Il était prévu en effet de distribuer 4 tonnes de fumier et quelque 600 kilos de pommes. « On n’est pas venu pour embêter les gens qui travaillent », ajoutait le président des JA. Ce tacle non dissimulé aux actions de la Coordination rurale, syndicat non grata ce jour, montrait que cette manifestation « prévue et annoncée » n’avait rien à voir avec la journée du 6 octobre. Tout juste ont-ils proposé une soupe faite à base de papiers administratifs au responsable de la DDT, « indigeste comme ce qu’ils nous demandent », précise-t-on à la FDSEA, pour marquer leur dégoût de l’action des pouvoirs publics.

Reçus à la DDT

Les responsables syndicaux ont ensuite été reçus à leur demande dans les locaux de la DDT par le maître des lieux et le préfet. A la sortie de l’entrevue, Jean-Luc Poli s’est vu réaffirmer la possibilité d’un assouplissement de la directive Nitrates. En attendant de voir sa concrétisation.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés