Massy – SUA LG// Samedi 11 avril à 18h30 – Le sprint final commence à Massy


Alors comme ça c’était une tactique ? Supporters, vous avez tremblé quand le SUA LG flirtait avec les profondeurs du classement mais vous n’auriez pas dû. Stéphane Prosper l’a répété ce jeudi : « On s’est préparé toute la saison pour être compétitifs lors de ce sprint final. » Massy se trouve ce samedi sur la route des demi-finales et les Agenais se rendront en terre parisienne pour faire parler la poudre. Le troisième qui rend visite au dernier, l’affaire devrait être pliée… Hein ? Quoi ? Encore des supporters qui maugréent « contre les petits, on n’y arrive pas »… Réinterrogeons l’entraîneur des lignes arrières : « Nous ne sommes plus du tout dans la configuration des matchs contre Narbonne, Dax ou Bourgoin. On est dans une phase finale et tous les points vont compter. » Compris ? Les Lot-et-Garonnais sont chauds bouillants et si les langues sont bien sages en conférence de presse, c’est pour mieux garder cet influx nerveux qu’il faudra bien canaliser pour venir à bout, avant Massy, des quatre heures de train (départ à 7h11 d’Agen s’il-vous-plaît) et de l’ultime mise en place sur le pré d’Orsay où officie le frère de Matthieu Blin. « Cela ne nous a jamais réussi de partir vingt-quatre heures avant, précise Matthieu Blin, et puis faire le trajet en TGV, il y a pire non ? »

Alexi Balès redevient capitaine

En effet. Des blessures par exemple. Sans être une victoire à la Pyrrhus, le dernier match contre Montauban a coûté cher en soins. Lionel Mazars et Junior Pelesasa sont venus grossir la cohorte de blessés plus ou moins graves. Pour le capitaine Mazars, s’il devrait encore rester une semaine supplémentaire au frais, l’ischio-jambier a rassuré. Tout comme Alexi Balès qui retrouve le brassard de capitaine. « Je ne me prends pas la tête avec ça, a répété le jeune joueur, c’est sûr que Junior et Lionel sont des joueurs expérimentés et leur vécu nous aurait servi mais il y a suffisamment de leaders de jeu sur le terrain. A nous de prendre mes choses en main. »
Comme le ballon par exemple. Lapalisse n’aurait pas mieux dit mais il est vrai que l’équipe qui contrôle le cuir à de bonnes chances d’emporter la gagne. Et en tant qu’empêcheurs de jouer en rond, les Massicois se posent là. Ce dont se rappelle le maître du jeu agenais : « C’est une équipe joueuse qui n’hésite pas relancer les ballons, qui se nourrit des ballons perdus par ses adversaires. A l’aller, nous avions souffert, c’est vrai. Il faut que l’on se concentre sur notre défense, que l’on fasse une bon match en conquête. C’est avec notre capacité à bien défendre que nous pourrons gagner. »
Car Massy, bon dernier du classement, joue sa survie samedi. Si jamais ils venaient à perdre, un retour en Fédérale serait presque inéluctable. Du point de vue Bleu et Blanc, c’est surtout l’occasion de se rapprocher des playoffs en enchaînant une seconde victoire à l’extérieur. La route vers le Top 14 est à ce prix-là.

Gauvain Peleau – Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés