Michel Diefenbacher s’est éteint


Une figure lot-et-garonnaise s’est éteinte ce mardi 10 octobre. Agé de 70 ans, Michel Diefenbacher a succombé des suites d’une longue maladie. Préfet, député, président du Conseil général… le Mosellan d’origine aura exercé bien des fonctions dans son département d’adoption, laissant ainsi une trace importante dans l’histoire politique locale. Sa carrière, il la démarre comme haut-fonctionnaire dans les arcanes du pouvoir. Il travaille notamment sur les problématiques d’outre-mer, en tant que directeur de cabinet du secrétaire d’Etat compétent, puis au poste de secrétaire général adjoint de la Polynésie française. Il découvre le Lot-et-Garonne lorsqu’il est nommé sous-préfet de Marmande en 1979. Trois années pendant lesquelles il forge son attachement profond pour ce territoire. Il y revient entre 1992 et 1994, en qualité de préfet cette fois. Les rotations bisannuelles liées à la fonction l’envoient dans d’autres départements et régions de métropole avant qu’il n’intègre la Cour des comptes en qualité de conseiller-maître en 2000. Michel Diefenbacher se lance peu après dans la vie politique. En Lot-et-Garonne bien sûr.

Il croise le fer à plusieurs reprises avec son meilleur ennemi socialiste Gérard Gouzes battant l’ex-premier édile marmandais aux cantonales de 2001 et aux deux scrutins législatifs suivants (2002 et 2008 sur la deuxième circonscription) sans jamais parvenir à lui prendre la mairie. Il assume également la lourde tâche de succéder au très respecté Jean François-Poncet à la tête du Conseil général dès 2004. En 2011, il est choisi pour incarner l’opposition au Conseil régional d’Aquitaine. Année où il est par ailleurs désigné officieusement « député le plus assidu de France » par le site NosDéputés.fr. Michel Diefenbacher est notamment fait Chevalier de Légion d’Honneur (en 1993) et Officier de l’Ordre national du Mérite (1997).

Des hommages  de toutes parts

La classe politique n’a pas manqué de saluer l’homme et ses engagements. Pour son ancien collègue député et maire d’Agen Jean Dionis du Séjour, Michel Diefenbacher « incarne une haute exigence de vérité et de travail », « un grand préfet puis un élu majeur engagé au service du Lot-et-Garonne ». Le président de Région Alain Rousset voit en lui « un homme qui a dédié sa vie à la cause publique ». Celui qui lui a succédé à l’Assemblée nationale, Matthias Fekl, rend hommage à « un grand serviteur de l’Etat ». Pierre Camani, président du Conseil départemental depuis qu’il l’a battu en 2008, considère que le département « perd une personnalité politique qui aura marqué l’histoire de notre territoire au gré de ses différentes fonctions », avec des engagements « sincères ». Même le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin évoque sa « tristesse » et son « émotion » vis-à-vis d’ « un élu et un préfet remarquable ».                                    

D.L.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés