Le musée vous fait toucher du doigt ses oeuvres


Voilà qui a de quoi dérider la Du Barry. On la flashe, on la retourne et la regarde sous tous les angles. Le tout sous le regard bienveillant de l’équipe musée. Comment ? Tout simplement parce que le numérique a débarqué dans les vénérables murs de l’institution et qu’il ouvre avec lui une nouvelle dimension de découverte, « Un permis de conduire pour une connaissance améliorée des oeuvres », résume même le nouveau conservateur Adrien Enfedaque.
S’il vient d’arriver, c’est bien à son équipe qu’il souhaite rendre hommage pour avoir préparé l’arrivée de ces tablettes. Un an de travail, de recherche et de tri, quelque 110 oeuvres numérisées (sur les 3 600 que compte le lieu) et des heures de visites nouvelle génération en perspective.
La prise en main est facile. Une fois passée la tablette autour du cou, l’utilisateur se voit offrir plusieurs choix : visite simple, commentée, thématique ou ludique. Pour chaque circuit choisi, un temps estimé de visite est donné. Pratique pour les touristes qui ont une demi-heure à tuer avant le départ. Le visiteur peut « flasher » le code qui est dans le cartel descriptif et profiter des innovations. Éléments biographiques, contexte historique, reproduction en 3D : autant de nouvelles fonctionnalités qui permettent « d’avoir une expérience plus personnelle, d’être plus proche de l’oeuvre ».

Aller chercher le jeune

Intuitif, le système est facile d’accès. Quelque soit son âge ou son expérience avec les objets connectés. La jeune génération reste néanmoins une des cibles de l’équipe du musée. Les lieux accueillent déjà plus de 7 000 scolaires par an et l’effort doit être porter vers les adolescents, les jeunes adultes ou les étudiants. 120 000 euros ont été investis pour ces nouveautés, la même somme étant déjà budgétée pour une prochaine mise à jour. Un serious game verra même le jour, produit par les équipes de Bastien Enfedaque.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés