Une nouvelle association dans le Fumélois autour de la santé mentale


«Rhizhomme, déjà c’est un double clin d’œil au végétal bien sûr mais aussi à Félix Guattari qui a conceptualisé cette idée de réseau qui comme ces racines tel le gingembre partent d’un centre multiple et s’étendent dans tous les sens » explique Amandine Ledke, l’une des deux initiatrices de ce projet avec Barbara Brichet.

Travailler en réseau

Alors pourquoi un rhizome pour symbole d’une association qui souhaite s’occuper de santé mentale ? Tout simplement parce que dès la genèse de la formation de l’association, les deux jeunes femmes ont souhaité travailler en réseaux en impliquant le maximum de monde autour de cette idée que les personnes en situation de fragilité mentale font partie de notre société. Créée en septembre dernier, Rhizhomme s’appuie tout d’abord sur le constat que l’observatoire de santé d’Aquitaine a dressé en 2012 sur le territoire et qui chiffre à 442 le nombre de personnes souffrant d’affections psychiatriques sur le Fumélois.
La nouvelle association souhaite tout d’abord réfléchir à la perception de la santé mentale dans notre société : « Bien sûr, avec la volonté de lutter contre la stigmatisation des personnes en situation de fragilité psy et leur isolement qui est particulièrement vrai en milieu rural » indique Barbara. Mais comment agir concrètement ? « A travers la création d’un Groupement d’entraide mutuelle, un GEM » précise Amandine. C’est un dispositif d’Etat reconnu par l’Agence régionale de santé (ARS) constitué d’adhérents/patients qui forme un noyau en capacité de créer des actions d’accès à la culture, aux loisirs ou chacun est acteur et bénéficiaire.

Un jardin thérapeutique à Lustrac

Les responsables de l’association jouent un rôle d’animation, aident le GEM à se mettre en place et à vivre. « On est bien toujours dans l’idée du réseau qui permet aux membres de se retrouver en groupe pour combattre l’isolement et dans lequel chacun se prend en charge comme un citoyen lambda capable  d’agir et de faire ses propres choix » ajoute Barbara. L’association travaille actuellement avec l’ARS pour créer cette structure avec comme co-porteur du projet l’UDAF. L’idée est de proposer des activités au choix des participants côté ville à Fumel avec de la cuisine, de la couture, des activités culturelles et sportives et côté jardin à Trentels, à Lustrac pour être précis, où l’asso a son siège social, autour d’un jardin thérapeutique sur un terrain mis à disposition par un maraîcher local.
A Fumel, c’est à Condat que l’association va s’installer dans les locaux de l’ancienne mission locale. Rhizhomme a déjà réalisé un travail important d’information pour faire venir du public et pour faire connaître ses activités. « Nous avons été à la rencontre des maires du secteur mais aussi vers les associations d’insertions, les Centres communaux d’action sociale, le CMP de Fumel, l’hôpital… » conclut Barbara.
Les activités ont déjà commencé et Rhizhomme souhaite qu’elles se pérennisent avec, pourquoi pas, la création d’un poste d’animateur dans le courant de l’année « ayant une présence diffuse, restant disponible en sachant ne pas s’imposer ! »

Contact : Amandine Ledke 06 52 86 88 95 et Barbara Brichet 06 98 25 04 43

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés