La périphérie en pleine mutation


La zone d’Intermarché d’un côté, celle de Ponservat avenue de Bordeaux de l’autre… La périphérie villeneuvoise entre dans une phase de grands travaux. Plusieurs milliers de mètres carrés commerciaux vont prochainement sortir de terre. Mais avec qui pour les occuper ? La question est sensible du point de vue des collectivités, qui doivent batailler avec les promoteurs immobiliers. Un enjeu essentiel plane au-dessus des tractations : trouver l’équilibre commercial entre le cœur de ville et ses faubourgs. « Sans un centre-ville fort, c’est tout le secteur qui va décliner, y compris la périphérie », souligne-t-on à la Communauté d’agglomération du Grand Villeneuvois. Pour y parvenir, la CAGV compte s’inspirer de sa voisine agenaise qui maintient une relative exclusivité à son centre-ville pour ce qui touche au prêt-à-porter et à la culture.
Seulement voilà, la loi de modernisation de l’économie de 2008 a libéralisé les implantations. Les élus locaux n’ont plus le pouvoir de se prononcer sur des surfaces inférieures à 1 000 m2 (300 m2 avant la loi). Ainsi, l’enseigne Grand Frais qui prévoit de créer un magasin à Bias se placerait juste en-dessous de ce seuil dans sa demande de permis de construire pour éviter toute entrave. Et si une quarantaine d’emplois pourraient être créés, les primeurs du centre-ville se sentent menacés.

Définir les axes du PLUi
Sur la zone de Ponservat, la CAGV « négocie » avec le promoteur Redeim. « Le premier permis ne respectait pas les règles d’aménagement commercial. Le groupe a repris le dossier en main et en dépose un deuxième », explique l’Agglo qui espère gagner un peu de temps. En cette période, tout est question de timing. « Le Plan local d’urbanisme intercommunal prévu pour 2018, s’il n’y a pas de recours, sera notre seule arme pour mieux réguler les implantations commerciales. D’où l’importance de bien en définir le cadre dès aujourd’hui pour la cohésion du territoire. » La prudence reste de mise dans ce dossier. Une réunion stratégique est d’ailleurs programmée avec les élus la semaine prochaine.
Mais tous les chantiers ne sont pas aussi compliqués. L’extension d’Intermarché en est la preuve avec un accompagnement de la collectivité. La grande surface bénéficiera d’un nouveau bâtiment d’environ 3 000 m2, « un format performant qui garde une proximité de quartier et reste plus adapté au vieillissement de la population que les grands hypers avec un concept plus moderne, et mieux intégré dans le paysage urbain ». Une dizaine d’emplois seront créés pour atteindre les 47 salariés. D’autres établissements, à l’image du Grand Bazar, bénéficie du renforcement de ce pôle. 

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés