Portraits photo contre les clichés sur le cancer du sein


De manière générale, Octobre rose, dédié à la prévention contre le cancer du sein, « fleure bon » shorts, tee-shirt et tennis, à coups de randonnées et de marches à pied, censées encourager les femmes au dépistage. Alors quand une initiative originale pointe le bout de son nez et qui plus est en Lot-et-Garonne, on applaudit. Le temps d’une journée, Le Petit Domaine de Colayrac, généralement dédié à l’accueil des visiteurs de passage dans ses chambres d’hôtes, a offert son cadre idyllique et romantique pour un shooting photo peu commun. Organisé par le Comité départemental de la Ligue contre le cancer, il mettait en lumière six femmes touchées par le cancer du sein, en rémission ou encore en traitement. Au bout de l’objectif, Kelly, habituée aux séances qu’elle dénomme « boudoir » et amoureuse farouche de la féminité, a immortalisé le moment à coups de portraits tout en couleurs pastel. Âgées entre 35 et 80 ans, ces modèles d’un jour ont accepté de relever le défi d’une séance photo et ainsi se faire chouchouter, coiffer et maquiller, sublimant ainsi leur féminité : « C’est pour moi un défi personnel » explique Christelle, l’une des participantes. « Une manière de boucler la boucle et de retrouver une image de moi que j’ai égarée avec le cancer ». Une manière aussi de briser le tabou persistant d’une maladie qui fait peur. Le challenge était partagé par la photographe Kelly qui avouait, humblement, avoir davantage de pression que dans une séance ordinaire : « Je n’ai que trente minutes par modèle. D’habitude, je passe près de trois heures pour une séance boudoir et installer mon modèle dans une forme de cocon. Mais, nous nous sommes rencontrés avant le shooting, On a fait connaissance et parlé de ce que l’on allait mettre sur les photos ». Kelly a donc voulu de la tendresse avec une dominante de rose ou de blanc : « Ce sont les modèles qui ont choisi leur lingerie pour se sentir tout à fait à l’aise ». Et si l’appréhension était palpable en début de matinée de part et d’autre, elle s’est vite évaporée au profit d’une atmosphère détendue entre copines. Ce jour là, Octobre Rose fleurait bon le parfum de femme.

Annabel Perrin

Les six portraits ne sont pas destinés à rester dans les tiroirs mais vont faire l’objet d’une exposition à Calabet, Esquirol et l’hôpital entre le 10 et 30 octobre. La SNCF, emballée par le projet, va également les exposer sur le parvis à partir du 14 octobre.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés