Les préjugés démarrent à l’école


Le Préjugix ne cesse de gagner du terrain depuis son apparition en 2014. Et pour la première fois ce mardi, il a franchi l’enceinte d’une école, celle de Jules-Ferry. L’association OS et son fondateur, l’artiste plasticien Pyropat, sont venus mener deux ateliers auprès d’élèves de CM1 et ainsi tenter de tuer dans l’oeuf les préjugés naissants : « On a tous des préjugés, y compris moi. Le tout c’est d’en avoir conscience et de tâcher de les combattre ».   L’initiative est venue d’un stagiaire actuellement dans l’équipe pédagogique de l’école et a été financée par la coopérative scolaire : « Le projet nous a séduit » explique Lionel Feuillas, directeur de l’école. « Nous avons choisi de faire participer des CM1 et ainsi voir l’impact des ateliers avant qu’ils n’entrent en sixième ».
Une banderole et la fabrication de boîtes de Préjugix étaient à l’ordre du jour autour d’une thématique : celle du handicap. « Mais on a vite débordé, notamment sur les différenciations garçons et filles, le physique et les résultats scolaires, autant de préjugés qui touchent les enfants » explique Lionel Feuillas. « Bien sûr, on adapte notre discours aux enfants » ajoute Pyropat. « On s’est concentré sur l’essentiel : expliquer ce qu’est un préjugé. L’atelier permet de libérer la parole. Les solutions contre, ils les ont déjà en eux ».

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés