Primaires des Républicains : tout est prêt


«L’organisation est calée » lance d’emblée Jean-Louis Costes, député et président de la fédération départementale des Républicains. Les primaires ont mobilisé depuis plusieurs mois les forces des fédérations pour qui, il faut le rappeler, c’est une première. Sept candidats sont en lice pour partir à la présidentielle. Les votes auront lieu les 20 et 27 novembre prochain et sont ouverts à tous, même aux non encartés. En Lot-et-Garonne, 51 bureaux de vote vont être mis en place : « Surtout sur les anciens chefs lieux de canton et les dans les bureaux de vote habituels dans les agglomérations » souligne Jean-Louis Costes. « Sur chaque bureau, quatre membres, élus ou militants, sont mobilisés : l’un pour vérifier l’inscription sur la liste électorale, l’autre pour faire signer la charte d’adhésion aux valeurs du parti, le troisième pour encaisser les deux euros demandés pour voter et le quatrième pour valider le vote ». Pour une première, le président des Républicains ne s’avoue pas débordé : « Les nouvelles technologies facilitent grandement la tâche, notamment pour obtenir et regrouper les listes électorales des communes ».
Le député s’attend à beaucoup de monde sur les deux tours : « C’est une primaire qui intéresse la population, et entre les centristes et les Républicains, nous représentons 10% du corps électoral en France. De plus, nul n’ignore que celui qui sera élu lors de ces primaires, a de fortes chances de devenir président de la République ».

Surmédiatisation ?

Jean-Louis Costes n’est guère surpris donc par la médiatisation importante autour des primaires des Républicains : « C’est nouveau, et c’est une évolution importante vers la démocratie pour notre parti. Et si les Français se disent déçus des hommes politiques en général, ils ne se désintéressent pas pour autant de la politique ». Quant à sa satisfaction sur l’avance conséquente d’Alain Juppé dans les sondages, Jean-Louis Costes reste discret : « J’ai un droit de réserve en tant que président de la fédération même si j’ai apporté publiquement mon soutien à Alain Juppé et que je me suis engagé dans sa campagne. Cependant, les élections sont dans un mois et en un mois, il peut se passer beaucoup de choses ».

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés