Produire une noisette de plus en plus verte


Chez Unicoque, on est serein. La coopérative dédiée à la noisette a des projets d’avenir et sur le long terme. Aujourd’hui, alors qu’elle est leader sur le marché de la noisette coque, elle vise à grignoter, à sa mesure, « le marché global bien plus important, destiné à l’agroalimentaire » explique Jean-Luc Reigne, directeur d’Unicoque. « Avec 10 000 tonnes, le marché de la coque est en recul. Le marché global, lui, réclame un million de tonnes de noisettes et est en progression ». Car le délice de l’écureuil est présent un peu partout dans les rayons, y compris dans la cosmétique, utilisé en base grasse pour les crèmes hydratantes, entre autres. Mais si le potentiel est là, la concurrence y est rude avec en tête de proue la Turquie et ses 800 000 tonnes produites chaque année : « Si on veut trouver sa place, il faut que nous soyons compétitifs et ce malgré des charges bien plus importantes que dans les gros pays producteurs. Il n’y a qu’une solution : innover pour améliorer la productivité » assure Jean-Luc Reigne.
Alors Unicoque ne cesse de chercher pour offrir la meilleure noisette du monde sur des vergers les plus rationnels possibles : « Désormais, la noisette n’est plus considérée comme une agriculture d’hurluberlus. Aujourd’hui, de plus en plus d’agriculteurs nous rejoignent, poussés par les difficultés dans l’élevage, notamment. Chaque année, nous gagnons des hectares de plantations et nous sommes dans les rails pour atteindre notre objectif des 30 000 tonnes produites en 2030 ».
L’agrandissement des surfaces cultivées ne suffit pas. Unicoque agit également sur la gestion des vergers : « Aujourd’hui, après avoir travaillé sur l’aval de la production en pouvant proposer aux industriels des noisettes quasi sur-mesure, (200 déclinaisons au catalogue, NDLR), nous nous penchons sur l’amont et notamment sur la gestion de l’eau ».
Unicoque développe des projets sur l’hydrologie : « Nous avons été récompensés notamment pour nos sondes pilotées depuis le smartphone de l’exploitant via une application ». Médaille d’or au SIAD en 2012, Unicoque a également signé un accord avec l’état pour développer les ressources en eau parfaitement intégrées dans l’environnement : « Depuis 2012, on construit une dizaine de retenues d’eau par an ». Un travail mis en parallèle avec l’amélioration des traitements phytosanitaires. « Aujourd’hui, Unicoque est l’un des meilleurs, voire le meilleur au monde en terme de qualité de produit pour le meilleur rendement. Une sorte de noisette Ushuaïa » ajoute Jean-Luc Reigne.

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés