Des projets, leur réalisation et quelques surprises


Avec la sortie de terre de plusieurs chantiers et la concrétisation de projets municipaux, l’an I de la mandature Dionis achève son premier cycle. Tour d’horizon de ce qui attend les Agenais et leur concitoyens de l’Agglo avec Jean Dionis du Séjour.

En ville, ça va rouler

Inauguration du marché-parking, du café-vélo et du boulevard piéton : le coeur de ville et ses habitudes de circulation passent à la vitesse supérieure. D’une part les nouveaux commerçants (Sushi du Pêcheur, boulangerie Malaterre, Biocoop…)  du marché-couvert new-look seront fêtés en février. Dans la foulée (« en mars ou avril »), le maire dévoilera le nom du futur gestionnaire des lieux qui prendra la succession d’Indigo (ex Vinci) pour 20 ans et sera chargé, entre autre, de rénover la façade extérieure. Au rayon stationnement, le futur visage du parking en étages de la gare sera dévoilé. L’apparition d’une signalétique « dynamique qui indiquera le nombre de places restantes » sur les différents sites de la ville sera effective au printemps.
Après le skate-park et son inauguration officielle le 25 janvier, ce sera au tour du café-vélo, à la place de l’ancienne usine de traitement des eaux, qui finira d’aménager la coulée verte de la Prairie et du pont-canal.
Enfin les travaux de piétonnisation du boulevard de la République, qui ont un mois et demi d’avance, déserteront l’artère pour une ouverture le 18 mars. « Nous réfléchissons également avec les commerçants de la partie Castex-Pin à piétonniser leur tronçon le samedi matin », précise Jean Dionis.

La rive gauche bouge

2017, année du TAG. L’acronyme désignant le technopôle Agen-Garonne aura fait l’actualité sur ces premières années de mandat, entre ZAD, recours au tribunal administratif et retards de livraison… Mais cette fois ça y est, le président de l’Agglo annonçant même l’implantation de la première entreprise (JeChange.fr). « 3,6 millions de chantier et quelque 200 salariés » pour la start-up agenaise sont les chiffres marquant de cette arrivée.
Autres dispositifs de cette mue de la rive gauche, la rocade reliant Brax à Roquefort sera opérationnelle en juin 2017. De quoi s’intégrer dans le grand chantier du barreau de Camélat. A ce titre, les travaux du second échangeur autoroutier qui devrait permettre de désenclaver le nord et la rive gauche du territoire débuteront à la fin de l’année pour un budget de 20 millions d’euros.

Des surprises

Mais que prépare la ville ? Pas peu fière de son activité numérique (récompensée par les cinq « @ ») , elle souhaite aller plus loin. Teasée sur les réseaux sociaux, cette nouveauté sera dévoilée le 20 janvier et promet de révolutionner « l’accès aux services publics » pour les Agenais.
C’est la surprise du chef pour 2017 : la « Fête du fleuve » promise dans le programme de 2014 verra sa première édition le 2 septembre prochain. Cet événement a été conçu avec les maires des trente autres communes et rayonnera de Saint-Sixte à Sérignac et promet de se réapproprier Garonne. « On mettra le paquet, il y aura l’Invicible armada sur le fleuve, un semi-marathon le long des berges, des balades ainsi qu’un volet culturel sur le faune, la flore et l’histoire de Garonne », détaille Jean Dionis.

Gauvain Peleau-Barreyre

« J’ai l’investiture UDI pour les législatives »

C’est le feuilleton qui tient en haleine les ténors de la droite et du centre lot-et-garonnais en ce début d’année : à qui reviendra l’investiture pour les législatives sur la circonscription Agen-Nérac ? L’Agenaise Muriel Boulmier (LR), pourtant titulaire d’une promesse de campagne, semble être dépassée, dans la tête des dirigeants nationaux LR, par le duo (lui aussi agenais) Gautier Guignard (LR) et Jean Dionis du Séjour. Ce dernier se rapproche de plus en plus d’une candidature. « J’ai l’investiture de l’UDI », lâche le maire. S’il ne se déclare pas officiellement, c’est qu’il sait que l’équation a tout du casse-tête : faut-il mettre une femme au nom de la parité ? Quid du non-cumul des mandats ? Y aura-t-il un accord UDI-LR ? « Le logiciel politique a changé, un patron local qui cumule tout, comme j’ai pu l’être, c’est fini. Il faut se poser la question de savoir quelle sera la meilleure équipe pour Agen-Nérac. Il faut que la droite et le centre soient unis », détaille-t-il. Et qui serait le meilleur candidat pour réaliser une telle alliance ? Suivez son regard… Réponse attendue dans les prochains jours.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés