Le retour du guerrier Tadjer à Armandie


En bon leader de vestiaire et boute-en-train de l’équipe, Mike Tadjer était celui qui avait mené le clapping de la victoire des Agenais en finale d’accession, sur la pelouse de Chaban-Delmas. Sept mois après, l’international portugais s’apprête à retrouver les supporters agenais, mais cette fois-ci sous les couleurs brivistes, pour un match crucial entre deux prétendants au maintien. « Je suis très excité de revenir jouer à Armandie, explique le Massicois de formation. J’ai eu pas mal de copains agenais au téléphone ces derniers jours et j’ai hâte de les affronter samedi. Ce sera un vrai moment de plaisir de retrouver ce public qui a toujours été agréable avec moi. J’ai beaucoup donné au SUA sur le pré et les supporters ont su parfaitement me le rendre. J’espère qu’ils me réserveront un accueil sympathique et que je ne me ferai pas insulter. » Les conditions hivernales et l’enjeu capital de cette dernière rencontre de la phase aller n’augure pas une orgie de jeu, ce qui n’est pas pour déplaire au rugeux Tadjer qui n’a pas l’habitude de tricher sur un terrain de rugby. « Je ne pense pas que les supporters présents au stade voient du grand rugby. La partie s’annonce âpre avec énormément de combat. Face à des Agenais très vaillants et qui ne lâchent jamais rien, nous sommes prévenus et nous répondrons présents dans ce secteur. »

15 kg de moins sur la balance

Présent il y a un mois dans les travées d’Armandie pour assister à la victoire du SUA LG face au Stade Français, il en a profité pour faire monter la sauce et charrier ses anciens coéquipiers. « Je suis pressé d’affronter Quentin (Béthune), Arthur  (Joly) ou Giorgi (Tetrashvili), de pouvoir leur mettre quelques tartines dans la gueule (sic), des gros plaquages, des gros déblayages et leur tirer un peu la barbe et les cheveux. Sur le terrain, on ne se fera pas de cadeaux mais, après la rencontre, on sera les premiers à s’embrasser et à se faire des câlins » s’amuse ce jeune papa d’un petit Andréa, né le 7 septembre dernier.

Après une intégration retardée en Corrèze suite à une opération des cervicales subie en juin dernier, dans la foulée de sa saison avec le SUA, l’ancien Racingman retrouve petit à petit son meilleur niveau. Auteur d’un doublé il y a quinze jours face au Connacht – « ce qui ne m’était plus arrivé depuis les Minimes » -, Mike a perdu près de 15 kg depuis son départ d’Agen. « J’ai répondu aux exigences du staff briviste en passant de 128 à 113 kg. Maintenant je me sens mieux sur le terrain, autant physiquement que mentalement. Même si j’ai peut-être perdu un peu d’assise en mêlée, je compense par ma technique individuelle et ma capacité de déplacement. » Malgré les mauvais résultats de son équipe en début d’exercice, il assure que ses coéquipiers ont retrouvé le droit chemin depuis plusieurs rencontres. « Dans la difficulté, le groupe ne s’est jamais désolidarisé. Avant la coupure européenne, on a réussi à se remettre un peu la tête à l’endroit face à Bordeaux et Oyonnax et il faut continuer sur cette dynamique ». Les Agenais sont prévenus…

          Simon Galinier


3 questions à // Giorgi Tetrashvili (pilier du SUA LG)

L’Hebdo : Comment avez-vous négocié cette semaine cruciale ?

Giorgi Tetrashvili : Les garçons qui n’étaient pas du déplacement à Pau jeudi dernier ont eu deux jours de repos ce week-end. Le groupe s’est retrouvé lundi matin pour une semaine, il est vrai, pas comme les autres. Durant toutes les séances d’entraînement, la concentration était à son maximum car nous savons que ce match est capital. Au sein du groupe, la pression ne se ressent pas trop même si nous savons tous que cette rencontre face à Brive sera un match très important pour la suite de la saison. Nous sommes obligés de l’emporter face à un concurrent direct pour ce dernier match de l’année domicile. Nous n’avons pas le droit à l’erreur et il ne faudra pas se louper devant notre public. Même s’il risque de faire très froid samedi, j’espère que le stade sera plein et fera du bruit. Les supporters pourront se réchauffer et bouger dans les tribunes pour nous pousser vers la victoire. Il faut vraiment que le stade soit assez plein pour ce match car on a vraiment besoin du soutien de tous nos supporters. C’est le moment où jamais de se mobiliser !

L’Hebdo : Face à Brive, vous retrouverez en première ligne deux compatriotes géorgiens, Karlen Asieshvili et
Soso Bekoshvili, comment abordez-vous ce duel ?

G.T. : Vous êtes sûr que je serai sur la feuille de match samedi (rires) ? Non plus sérieusement, ce sont deux garçons que je connais parfaitement bien pour évoluer avec eux en équipe nationale. Mais samedi, qu’on se le dise, il n’y aura plus d’amis ou de compatriotes. Ce ne sera pas un duel de Géorgiens, de Français ou autre, ce sera bien une affiche importante entre Agen et Brive.

L’Hebdo : Vous recroiserez également votre ancien coéquipier au SUA, Mike Tadjer, avec qui vous avez gardé contact…

G.T. : Tout à fait, Mike est quelqu’un que j’apprécie beaucoup sur et en dehors des terrains. Je le connais parfaitement. J’étais assez proche de lui durant ses deux saisons passées à Agen. Sur le plan sportif, c’est un excellent talonneur, constamment au service de son équipe. Dans la vie de tous les jours, c’est un mec adorable qui rigole énormément. Il est un peu fou mais c’est ce que j’aime chez lui (rires). Samedi, je suis sûr qu’il va essayer de faire son maximum pour réaliser une grosse partie. Il faudra s’en méfier et vite l’arrêter pour ne pas qu’ils soient trop en confiance. Comme contre Pau, la rencontre face à Brive sera vraiment un match pour nous, les avants. La bataille sera âpre dans les secteurs de la mêlée fermée et des rucks.

         S.G.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés