RN 21 // Guerre de tranchées autour de la quatre voies


Jusqu’ici la guerre était restée larvée ou presque, dans les couloirs politiques. Dorénavant, elle éclate en plein jour, au coeur des conseils d’agglomération.
D’un côté du ring, se trouve Jean Dionis du Séjour, centriste, militant pour un troisième pont franchissant la Garonne, le pont de Camélat. De l’autre, Patrick Cassany, élu socialiste, qui se bat pour le passage à deux fois deux voies de la RN 21 entre Villeneuve-sur-Lot et Agen.
Si les deux infrastructures ne s’opposent pas physiquement, elles réclament des budgets conséquents, que l’enveloppe dédiée aux  équipements routiers ne peut absorber. En résumé, soit c’est la RN 21, soit c’est le pont de Camélat…

La RN 21 en premier

Il semblait cependant que l’affaire était conclue depuis que l’Etat, le Département et les deux agglomérations d’Agen et Villeneuve s’étaient entendus sur papier pour financer le passage à deux fois deux voies entre Saint-Antoine de Ficalba et La Croix-Blanche. Un chantier dans la continuité du premier tronçon déjà réalisé. On se souvient d’ailleurs que Patrick Cassany se réjouissait d’un travail « de concert » autour du projet en décembre 2013, lors de l’inauguration de la déviation sud-ouest en direction de la route de Bordeaux… Depuis l’entente cordiale a fait long feu.

A coups de votes

Le premier à dégainer a été Jean Dionis du Séjour, qui, en tant que président de l’agglomération, milite depuis sa réélection pour privilégier la construction du pont de Camélat au dépend de la deux fois deux voies, échauffant ainsi les esprits villeneuvois mais également ceux de la majorité départementale. Son dernier coup d’éclat a mis le feu aux poudres puisqu’il a proposé au Conseil d’agglomération agenais de refuser de subventionner la deux fois deux voies si le financement du pont de Camélat n’était pas pris en compte par l’Etat. Une délibération approuvée le 25 septembre dernier, en dépit de 14 abstentions et d’une voix contre.
La réponse ne s’est pas faite attendre puisque, le 30 septembre, Patrick Cassany mettait au vote à l’agglomération villeneuvoise, une motion exhortant le président agenais à tenir ses engagements financiers et de « cesser de créer de l’agitation et de la confusion ». La motion a été votée à l’unanimité. Il semble qu’entre les deux édiles, la guerre est belle est bien déclarée. Le dernier point d’accord qui survive est la reconnaissance, par l’un et l’autre, de l’utilité d’une RN 21 élargie et d’un troisième pont sur la Garonne.

Le département penche pour le Villeneuvois

« Le président de l’Agglomération d’Agen joue petit bras sur ce dossier. La RN 21 et le pont de Camélat sont liés. » Pierre Camani, président du Conseil général, annonçait d’emblée, à la mi-septembre, dans quel camp il se situait. Et réaffirmait que la deux fois deux voies sur la RN 21 restait prioritaire.
Quant au préfet, représentant de l’Etat, il a également rappelé que ce dernier s’était engagé sur la deux fois deux voies et n’avait pas l’intention de faire marche arrière.

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés