Robin Faugère, l’enfant de la rivière


« N’oublie pas qu’un saint est un pêcheur qui cherche à s’améliorer », rappelait Nelson Mandela. S’il n’a pas le pouvoir de canoniser, Robin Faugère aide tout de même les pêcheurs à progresser. Il est même prophète en son département. Il n’est cependant pas ici question de religion, mais de poisson. Le jeune trentenaire originaire de Saint-Pastour, sur les hauteurs de Casseneuil, est moniteur guide de pêche professionnel. Au fil de l’eau, il distille son savoir à ses disciples de tous âges. « La transmission père-fils ou grand-père-petit-fils a tendance à se perdre un petit peu. Alors j’essaie de faire en sorte de promouvoir à mon échelle cette activité extraordinaire », explique-t-il. Employé par la Fédération de Lot-et-Garonne comme animateur pour les enfants dans l’école de pêche du Passage d’Agen depuis environ sept ans, Robin a aussi monté en 2015 une auto-entreprise afin de proposer en complément des cours individualisés plus haut-de-gamme en bateau. Seul ou en binôme, il est possible de découvrir à ses côtés les secrets cachés de la traque aquatique. « Trouver les spots propices, analyser le comportement des poissons en particulier les plus méfiants, savoir choisir et utiliser son matériel, connaître les dernières techniques et approches… La pêche est une combinaison de très nombreux paramètres y compris scientifiques. Il faut aussi un peu de réussite mais on peut la provoquer si on apprend à maîtriser les éléments », détaille-t-il, tirant son expertise d’une longue expérience. « C’est l’un de mes oncles qui m’a initié, je devais avoir neuf ou dix ans, raconte l’intéressé. Il a été très patient avec moi pour m’enseigner, démêler mes nœuds et réparer mes erreurs de débutant. Et puis j’ai commencé à sillonner les lacs et les rivières environnants à pied, en vélo, en scooter, et enfin en voiture. Ça ne s’est jamais arrêté. Vers mes vingt ans, j’ai eu mon premier bateau et j’ai commencé à pêcher sur le Lot. » Très attaché à l’environnement, Robin a passé plusieurs diplômes portant sur la gestion des milieux naturels ainsi que la pédagogie pour faire de sa passion son métier.

Respect de la nature

« C’est une discipline très stimulante avec plein de manières de l’appréhender, certaines statiques, d’autres non, et toujours beaucoup de technique. Le contraste entre les moments de calme et les touches crée à chaque fois une décharge d’adrénaline. Il y a une part de mystère à découvrir ce qui se passe de l’autre côté du miroir de l’eau », souligne-t-il avec enthousiasme. Un plaisir « primaire » qui n’empêche pas le respect de l’environnement. « On n’est pas là pour exterminer des espèces. Dans 99% des cas, je relâche l’animal et je veille à le manipuler correctement pour qu’il reparte dans les meilleures conditions possibles. Il m’est déjà arrivé de capturer plusieurs fois les mêmes individus, preuve qu’ils survivent si on fait les choses dans les règles de l’art. C’est un geste primordial. Et puis on va à la pêche pour bien d’autres spectacles : une nature magnifique et reposante, la luminosité changeante tout au long de la journée, les oiseaux… C’est un peu comme une rando à la montagne. »  En rendant ses sorties aussi bien récréatives qu’instructives, Robin s’est construit une solide réputation dans le milieu et fait aujourd’hui le bonheur de nombreux amateurs souhaitant se perfectionner. Sa spécialité : la pêche des carnassiers tels que le sandre, le black bass, le brochet et le silure aux leurres. « C’est un sport qui apprend l’humilité. A la fin, ça reste le poisson qui décide. Mais j’ai toujours permis à mes clients d’attraper quelque chose », confie Robin. Suivez le guide.  

Dimitri Laleuf

Contact : www.robinfaugere.com ou 06 07 38 02 85 ou sur Facebook : Robin Faugère – Guide de pêche

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés