Rock’Alibi, le festival citoyen revient plus fort


La première édition de Rock’Alibi s’était achevée avec près de 600 visiteurs en 2015. L’objectif affiché par les organisateurs, dépasser ce chiffre en 2016, et pourquoi pas « devenir le Woodstock » de l’Agenais, comme l’a glissé, malicieusement, le maire du Passage Francis Garcia. Mais avant de devenir le rendez-vous peace and love de toute une génération, Rock’Alibi est en passe de remplir sa mission, certes plus modeste mais pas moins noble, de retisser les liens entre toutes les générations de la deuxième ville de l’Agglo. « Ce n’est pas un festival comme les autres, tant par sa conception que son origine ou sa réalisation », explique l’adjoint à la Jeunesse Pierre-Yves Portejoie.

Miossec en exclusivité nationale
Sylvain Reverte, cheville ouvrière du projet, a fait le lien entre les ados de la Maison des jeunes, les petits du foyer Rosette, les seniors de Burge et les services municipaux pour mettre sur pied le festival et activé son réseau pour proposer une programmation digne de ce nom. « C’est du lourd, ajoute-t-il, par exemple nous avons pu faire venir Miossec, qui donnera son concert le lendemain de la sortie nationale de son nouvel album. » Un gros coup que Sylvain Reverte, par ailleurs lui-même auteur-compositeur-interprète, a négocié de main de maître avec un budget artistique modeste de quelque 20 000 euros : « Quand Miossec a su qu’il n’avait pas à faire à des promoteurs et que nous avons parlé des valeurs de citoyenneté défendues par le festival, il a de suite baissé son cachet. » Sans compter que l’engouement local autour du rendez-vous s’est même intensifié, le nombre de partenaires associatifs, publics et privés étant en hausse cette année. Autour de la tête d’affiche, de nombreux artistes viendront animer la journée. Un village de l’engagement et des jeux géants seront disponibles, gratuitement, afin de patienter entre deux concerts.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés