Romane Berniès, jamais deux sans trois ?


Jamais deux sans trois. C’est certainement ce que Romane Berniès doit se dire dans un coin de sa tête ces dernières semaines pour s’encourager dans ce qui ressemble à son plus grand défi de sa jeune carrière de basketteuse professionnelle. Dans quelques semaines, on saura, en effet, si celle qui rêve, depuis toute petite, de porter un jour les couleurs de son pays au plus haut niveau, rejoindra les deux Lot-et-Garonnais de l’histoire à avoir porté le maillot de la sélection en sénior, Robert Zuttion et Freddy Hufnagel. Romane Berniès, fille de l’illustre troisième ligne aile du Sporting Union Agenais, Philippe, vient, en effet, d’être retenue par la sélectionneuse nationale Valérie Garnier dans un groupe de vingt-deux joueuses qui vont, durant deux mois, préparer les futurs championnats du monde en Turquie. A tout juste vingt-deux ans, Romane gravit un échelon de plus dans une carrière déjà bien remplie malgré son jeune âge. La triple championne de France avec Bourges, son club, celle qui depuis les catégories de jeune trustent les sélections chez les bleuets, se voit offrir l’opportunité de réaliser son rêve : porter le maillot de l’équipe de France.

Rendez-vous avec l’histoire
C’est à Estillac dans le cocon familial qu’elle prépare cette future échéance : « Pour l’heure, ce sont les vacances, mais c’est vrai que ce rendez-vous, forcément, j’y pense beaucoup » souligne cette dernière. «  J’ai un programme physique léger pour le moment car la saison a été longue en club et qu’il faut reposer les organismes. Mais très vite, je vais me remettre très fort au boulot. J’ai prévu d’aller faire un camp d’entraînement à Montpellier avec la préparatrice de l’équipe de France, histoire d’anticiper la rentrée des classes. »
Celle-ci aura lieu à Clermont-Ferrand dès le 29 juillet avant d’enchaîner par un second stage…au Temple-sur-Lot. Elles seront vingt-deux pour démarrer ces stages de préparation : « Au final nous ne serons plus que douze. Il va falloir donc s’accrocher. La sélectionneuse (NDLR : qui est aussi sa coach à Bourges) a prévenu : elle ne prendra que les joueuses en forme. Il faudra donc être performante durant les deux premiers stages pour pouvoir espérer faire partie de l’aventure en Turquie. »
Valérie Garnier a ainsi sélectionné six meneuses dont Céline Dumercq, la meilleure joueuse française, sûre, elle, d’être de la liste des douze : « Je pense que la sélectionneuse va amener trois meneuses en Turquie, il reste donc deux places à prendre. » Si elle est parmi les douze, Romane devrait fêter sa première sélection face à l’Angola fin août, premier match de préparation des Bleues. Elle deviendrait ainsi la première lot-et-garonnaise internationale de basket…

Cyril Recondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.