Rugby // Agen – Colomiers // Stade Armandie, à 18h30 : Combler le déficit


La frustration fait bouger le monde paraît-il. Pas sûr que les supporters agenais soient au parfum et que, demain soir, ils soient nombreux dans les travées d’Armandie pour la venue de Colomiers. Déçus par le début de saison difficile, et c’est le moins que l’on puisse dire, de ses favoris (quatre défaites en cinq matches, NDLR), les spectateurs n’ont pour l’heure pas pris d’assaut la billetterie de leur club. Avec une moyenne de 5 500 entrées enregistrées depuis le début de saison, la cote de popularité du Sporting n’a jamais paru aussi basse.
Et pourtant le bal des deux cocus de ce début de championnat, à défaut d’être celui des prétendants, entre Agenais 14ème et Columérins 13ème, présente nombre d’attraits autant qu’il soulève de curiosités.
Passons celles liées à nos amis columérins, capables de gagner à Mont-de-Marsan pour ensuite s’incliner à Béziers, pour se pencher sur la visite du patient agenais.
La première d’entre elle tient par la capacité du groupe dirigé par Matthieu Blin à se relever d’un premier bloc complètement raté. Loué par le passé pour sa solidarité, celui-ci traverse sa première zone de turbulences. Soudés dans la victoire, les Suavistes vont-ils l’être dans la défaite ? « On a eu un calendrier difficile à gérer avec trois déplacements très compliqués (Béziers, Pau et Perpignan) mais c’est surtout la défaite face à Bourgoin qui nous a fait mal car elle nous a sorti immédiatement d’un objectif que l’on s’était fixé, à savoir rester souverain à Armandie » explique Mathieu Blin. « Pour autant, il faut arrêter de tout rendre négatif. On perdu avec le bonus à Béziers et Pau, c’est loin d’être déshonorant. Et face à Perpignan, nous avons chuté contre une équipe euphorique.  On n’est pas devenu nul, ni des non-combattants et encore moins des « petits » en l’espace d’une courte intersaison. C’est le message que le staff a fait passer au groupe. »

Reconquérir son public

Des mots forts qui annoncent donc un renouveau pour ce second bloc au moins en terme d’état esprit. Parfois trop timorés, les Agenais en ont oublié certaines de leurs armes qui avaient fait leur force la saison passée. Et notamment dans la prise d’initiative où, trop souvent, le SUA s’est contenté de regarder l’adversaire jouer.
L’impatient est grande de savoir ce que les Bleu et Blanc vont proposer demain face à une équipe largement à leur portée : « Ce qu’on sait faire » résume en substance Antoine Erbani, le troisième ligne du SUA LG. « L’année dernière, on a prouvé que nous étions capables de pratiquer un rugby qui tenait la route et mieux encore. On doit se servir de ce vécu pour repartir et renouer avec ce « passé » récent qui nous a permis de faire une belle saison. » Le flanker agenais veut croire que la quatorzième défense actuelle de Pro D2 retrouvera son efficacité d’antan. Et que la conquête, bien trop irrégulière, sera enfin au rendez-vous sur 80 minutes. Agen veut reconquérir son public et retrouver son lustre. Une bonne raison au moins de se rendre demain, à Armandie, pour assister à cette renaissance…

Cyril Recondo

Le groupe

Avants : Afatia, Telefoni, Joly, Nnomo, Narjissi, Fogarty, Roidot, Ratuniyarawa, Demotte, Jooste, Vaquin, Erbani, Hamilton. Trois-quarts : Ferrary, Balès, Francis, Lagarde, Roux, Pètre, Mazars, Paris, Mchedlidze, Lamoulie.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés