Santé // Bilan de santé très positif pour la clinique


Un patient en parfaite santé. Non pas que la clinique Esquirol-Saint-Hilaire souffre d’une quelconque pathologie, mais les résultats du check-up annuel de l’hebdomadaire Le Point sont très concluants. L’établissement intègre le Top 20 des « meilleures » cliniques françaises. « On ne sera jamais premiers, tempère le président des lieux, Gérard Angotti, nous avons des grosses bêtes devant nous. » Une modestie affichée qui ne cache pas une certaine fierté pour le chef de cet établissement « familial ». En un an, Esquirol est passé de la 33e à la 19e place.

Une médecine « humaine » 

Le classement s’est intéressé aux moyens matériels et humains mis en œuvre pour mieux garantir la sécurité des malades. « Ils nous envoient un questionnaire de plus en plus précis et c’est très bien, ils se rapprochent de ce qui compte, l’humain », a commenté le président. Et d’insister sur la présence continue de quatre médecins de garde, d’un anesthésiste, d’un cardiologue et de deux urgentistes. « Nous avons quinze praticiens en astreinte 24 heures sur 24 », ajoute Gérard Angotti. Du côté de l’Etat et de sa Haute Autorité de Santé, c’est aussi un satisfecit. « Nous sommes suivis individuellement pour savoir si nous remplissons les critères de formation, de suivi et de prise en charge des patients », ajoute le docteur Philippe Fiatte.
D’autant que les investissements récents dans un matériel médical de pointe portent aussi leurs fruits.

Développer l’ambulatoire

Ce qui fait dire à la direction que la clinique « répond aux attentes des malades ». Avec quelque 24 000 patients aux urgences et 16 000 en chirurgie l’an passé, ce n’est pas une mince affaire.
Autre atout sorti par la clinique, les efforts portés sur la réduction de la durée d’hospitalisation et le développement de la chirurgie ambulatoire. « C’est une demande des patients et cela minimise les risques, par exemple, de maladies nosocomiales », pointe le docteur Fiatte. Ce mouvement sera d’ailleurs amplifié l’année prochaine.

Une première place départementale

De quoi conforter sa place de 1er centre de soins du département. Même l’arrivée prochaine du Pôle de santé de Villeneuve-sur-Lot ne lui fait pas peur. « C’est très dur d’attirer des médecins quand on commence de zéro. Cela va mettre du temps à se construire. »
Esquirol-Saint-Hilaire continuera donc de tisser sa toile et de prouver « qu’on peut être soigné en Lot-et-Garonne dans des conditions identiques à celles des grandes métropoles ».

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.