Sarah Maso, la locale qui annonce une grande année


« Un véritable coup de foudre ! » Par cette dithyrambe, la conservatrice du musée de Gajac Hélène Lagès donne le ton de la première exposition de cette nouvelle année. Le vernissage des « Terres fabuleuses », prévu ce vendredi soir, sera accompagné d’un enthousiasme tout particulier. Et pour cause. L’artiste récipiendaire de toutes ces louanges est une jeune Lot-et-Garonnaise pas encore trentenaire. Installée depuis une décennie à Valence en Espagne pour apprendre l’art de la céramique, Sarah Maso est revenue sur ses terres l’an dernier pour attaquer une résidence très atypique. Sous la tutelle du Monflanquinois Denis Driffort, directeur de l’association Pollen, elle s’est vue attribuer une « carte blanche » pour occuper Gajac avec ses œuvres. Une cinquantaine de pièces créées en douze mois, à mi-chemin entre la sculpture pure et la céramique traditionnelle reprenant les objets du quotidien. « Le travail de Sarah a un pouvoir d’évocation très puissant, il raconte des histoires et stimule l’imaginaire », explique Denis Driffort. A tel point que l’équipe du théâtre Georges-Leygues a été sollicitée pour monter un projet interdisciplinaire. « On a commandé à la compagnie Vous êtes ici, de Villeréal, une pièce autour des œuvres de Sarah, précise le directeur du théâtre Bruno Rapin. C’est une expérience audacieuse et sans filet qui finalement raconte ce moment où des créateurs partageant les mêmes émotions se rencontrent. » Cette démarche interdisciplinaire permettra d’ouvrir l’exposition et la pièce sur de nouveaux réseaux et de tourner ensemble. Des ateliers d’écritures, des lectures de contes et du théâtre d’ombre destinés aux enfants seront également associés à ces « Terres fabuleuses ». Sarah Maso semble avoir un bel avenir devant elle.

Un programme éclectique
Mais ce n’est pas la seule surprise du programme 2017 dévoilé par le musée. Le fonds Barlangue est encore visitable jusqu’au 30 avril avant que le Mai de la photo ne prenne la suite. Après Denis Brihat en 2016, la Ville et le musée ont de nouveau frappé fort avec la venue de Jean Dieuzaide, « l’un des géants de la photographie française », insiste l’adjointe à la Culture Béatrice Delléa. Un  temps fort de l’année culturelle villeneuvoise qui en côtoiera deux autres : le Salon du livre auquel sera associée l’expo du sculpteur Bernard Gueguen et la Nuit des musées le week-end du 20 mai. La saison estivale mettra à l’honneur le peintre Gérard Traquandi et ses très grandes toiles intrigantes par leur luminosité. Et enfin, la clôture de la saison reviendra au peintre Jean-Pierre Rodrigo-Subirana et ses « Varirations Piranèse ». Un beau programme jugé « riche et éclectique » par Béatrice Délléa. Difficile de la contredire.

Dimitri Laleuf

Infos sur www.ville-villeneuve-sur-lot.fr
Musée ouvert  du mardi au dimanche
Tarif plein 5€, réduit 3€

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés