Social // Employée licenciée :  affaire locale, buzz national


Près de cinq mois après son licenciement, Rajae Gueffar peut compter sur des soutiens toujours plus étoffés. Renvoyée par une société sous-traitante de la SNCF, Onet, en décembre dernier pour avoir traversé les rails, l’agente d’entretien agenaise avait reçu le soutien des forces politiques de gauche et des syndicats, au niveau local, avant que son affaire ne dépasse les frontières lot-et-garonnaises. Il y a un peu moins d’un mois, c’est le journaliste au magazine Fakir et réalisateur du film « Merci Patron », François Ruffin, qui s’était ému de la situation de l’Agenaise. « C’est honteux de voir la disproportion entre la sanction et la faute ! Mais on va remuer, on va se faire entendre », avait-il promis lors de son passage à Agen. Le vidéaste capte alors un plan fixe de Rajae Gueffar pour lui faire raconter sa mésaventure et ses conséquences : chômage, dépression. Le film de quelques minutes a été envoyé aux responsables d’Onet. « Ils ne bougent pas, ils nous disent d’aller aux Prud’hommes », raconte Thomas Portes, l’un des fondateurs du comité de soutien. Rajae Gueffar souhaite en effet réintégrer son poste et viser une retraite qui lui tendait les bras.

De toute la France
Privée de ressources, le comité de soutien a lancé, outre la pétition en ligne pour demander sa réintégration, une cagnotte solidaire. « On voit des chèques arriver de toute la France, explique le trésorier, de Bretagne, de Grenoble, des Charentes ! » Une somme destinée à pouvoir assurer « le minimum vital » de Rajae Gueffar.   

Gauvain Peleau-Barreyre

comitesoutiengueffar@gmail.com
ou 0670362973
ou facebook.com/Soutenons-Mme-Gueffar-1054997921187052/

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés