Soir de Derby à Aubiac


Les duels entre Aubiacais et Puymirolais offrent de belles rencontres au public local depuis quatre saisons en Pré-Nationale. Cette année les joueurs de la Bastide ont la faveur des pronostics avec un bilan positif de cinq victoires pour quatre défaites. Chez les Violets rien ne fonctionnent depuis septembre, la faute à un recrutement et un secteur intérieur déficients. L’ESB n’a obtenu qu’une seule victoire en neuf rencontres et la situation devient préoccupante. Pour nous parler du derby, Kevin Tutrice ancien joueur du Brulhois et désormais cadre de l’effectif Puymirolais répond à nos questions.

L’Hebdo : Quel bilan dressez-vous après ce premier tiers de la saison ?

K.T : Un début de saison un peu compliqué, nous avons manqué de préparation avec peu de monde disponible. Depuis le match de Layrac, on s’est retrouvé avec des entraînements au complet. On s’est mis en route depuis cinq rencontres, l’envie de défendre et de jouer ensemble est revenue. Sur les derniers matches, on retient notre force collective.

L’Hebdo : Au club depuis quatre ans, quel est ton rôle dans l’équipe cette saison ?

K.T : Le coach ne m’a pas donné de rôle en particulier, je pense apporter une dimension défensive par rapport à d’autres joueurs. J’essaye d’amener le maximum et de donner le rythme en défense à l’équipe.

L’Hebdo : Quelles seront les clés du match de samedi face à une équipe en difficulté ?

K.T : C’est un match piège, Aubiac a connu un début de saison compliqué. Dans les derbys le classement ne veut pas dire grand chose et nous ne sommes pas dans le haut de tableau. On connaît bien l’adversaire, on avait perdu chez eux avant de remporter le retour à domicile la saison passée. Il ne faudra pas les prendre de haut, jouer notre basket et ne pas se faire surprendre. Les clés seront d’être appliqués sur ce que l’on sait faire et être dur dès l’entame pour ne pas leur donner confiance.

L.S.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés