Les soutiens de Macron en ordre de Marche


Il y a encore quelques mois, en novembre précisément, les soutiens d’Emmanuel Macron se comptaient sur les doigts d’une moufle. « On était deux », se rappelle Olivier Damaisin… Par un prompt renfort, ils se retrouvèrent plus de 400 à l’aube de cette nouvelle année. « Nous enregistrons trois ou quatre adhésions par jour, l’objectif est d’être 1 000 à la veille des élections », explique le référent Lot-et-Garonne de l’ancien ministre de l’Economie. Des chiffres qui donnent le sourire aux Marcheurs lot-et-garonnais, prêts à emboîter le pas d’Emmanuel Macron et l’accompagner jusqu’aux plus hautes responsabilités. « Avant on riait de nous, on se moquait, maintenant les élus viennent me voir avec des gestes plus affectueux les uns que les autres », relève, amusé, l’adjoint au maire de Beauville.
Les femmes et hommes politiques du territoire regardent d’un autre oeil ce mouvement qui bouscule les partis et les lignes : « Il y a un tiers des adhérents qui était encarté à gauche, un autre à droite et le dernier tiers qui ne s’est jamais engagé ». Autres chiffres qui feraient pâlir d’envie les responsables de partis, 30% des sympathisants ont moins de trente ans.
Fort de cet engouement, le mouvement compte bien peser dans la campagne présidentielle et dans la nôtre dès le week-end prochain. « Nous allons débuter une marche des campagnes pour recueillir l’avis de ses habitants. C’est une enquête de terrain comme nous avons fait pour la marche des banlieues. »
De quoi recruter de nouveaux renforts, avant la venue d’Emmanuel Macron qui a promis à son référent de venir dans le département avant les élections.

Gauvain Peleau-Barreyre

Maryse Combres roule pour Yannick Jadot

Contrairement à ce que nous avions écrit dans notre édition du vendredi 6 janvier, Maryse Combres ne soutient pas François de Rugy mais bien Yannick Jadot dans l’optique de la prochaine présidentielle. « Le candidat de l’écologie, c’est Yannick Jadot, François de Rugy c’est le Parti socialiste », précise-t-elle. Ce dernier est en effet le tenant de l’aile verte au sein de la primaire des 22 et 29 janvier prochains mais l’élue municipale et régionale écologiste a depuis longtemps choisi son camp : « Yannick Jadot n’est pas issu du sérail politique, il n’a pas fait les grandes écoles. C’est un homme qui a élaboré son programme avec des personnalités de la société civile, qui a été impliqué dans plusieurs ONG, qui connaît la réalité du terrain et qui à une vision globale pour une écologie citoyenne. » Le député européen a présenté son programme mercredi et la Lot-et-Garonnaise d’égrener les propositions fortes orientées vers un seul but : « Ouvrir une nouvelle page d’histoire, une projection vers un avenir positif ». « Les autres candidats se lancent dans une surenchère pour savoir qui fera le plus peur, nous avons décidé de prendre le contre-pied », précise Maryse Combres. Engagée sur le terrain, elle était par exemple aux côtés des soutiens du candidat lors du procès du « faucheur de chaises » lundi dernier à Dax, Maryse Combres fera donc vivre la campagne de son poulain sur ses terres de Lot-et-Garonne.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés